Fatah, un congrès, une plate-forme politique mi-paix, mi-raisin.

Le mouvement palestinien Fatah tient son congrès après plus 20 ans dans des conditions internes et externes d’extrême sensibilité, et après de « grands » évènements dans la région. Entre un conflit inter-palestinien avec le Hamas, autre grand mouvement palestinien, islamiste contrôlant la bande de Gazza, et l’occupation, arrogante vis-à-vis de l’opinion publique internationale, israélienne. Le Fatah a un double, voire multiple, défi à prendre : renouveler ses instantes dirigeantes ( comité central, qui à mon avis ne changera pas beaucoup et le conseil révolutionnaire, qui connaîtrait certainement beaucoup d’intrants ), et renouveler sa littérature, voire sa ligne politique. Abbas, a déjà été réélu président du mouvement.

Beaucoup de jeunes palestiniens, de vocation de gauche, s’identifient en Fatah … celui d’antan. Les militants fathaouis de Gaza ont été empêchés d’assister au congrès par le Hamas. Ils suivent, participent, élisent et se font élire à distance par téléphone/internet. Les militants du Fatah du sud du Liban ont envoyé, quant à eux, une lettre incitant les congressistes à mettre LA TERRE au delà de toute considération. Tous se rappellent Arafat, père fondateur du mouvement, et qui a suscité, malgré son décès, une grande polémique à travers un supposé enregistrement, exhibé par Kaddoumi, leader également du mouvement, montrant l’implication de Dahlane ( ancien « empereur » du Fatah à Gaza ) et Abbas dans les circonstances de son décès, avec la complicité israélienne. Beaucoup de manœuvres politiciennes, trop de non dits, énormément de discours, beaucoup de personnification, … et une jeunesse qui attend la délivrance.

La plate forme politique adoptée au congrès réserve le droit du peuple palestinien à la résistance, mais préviligie le dialogue préconisé par le Président Abbas. « tout en confirmant dans notre choix l’option de la paix (la paix des braves d’après les propos du dirigeant martyr Yasser Arafat), nous gardons le droit de résistance légitime approuvée par le droit international » a déclaré Abbas ( tel que rapporté par A. Khairat, membre du bureau politique et représentant de l’USFP dans ce congrès, qui finalement n’est pas différent des nôtres ). ce qui a valu au Fatah d’être qualifié de « radical », de part ce texte politique, par les milieux israéliens. Pire, un ministre israélien estime que la plate forme du Fatah est « une déclaration de guerre ». Point de concessions également sur le droit de retour, ce qui rend le Fatah « radical » aux yeux des occidentaux cette fois-ci.

Je l’ai toujours répété, je ne soutiens pas le Fatah ( pour qui j’ai beaucoup d’affection, avec qui je partage mon référentiel, et dans lequel je compte plusieurs amis ), encore moins le Hamas ( je ne dirais simplement que je ne partage rien avec, sauf le droit du peuple palestinien à la résistance ). Je soutiens le petit enfant palestinien qui, sur le chemin de l’école, est bombardé, harcelé ou rendu orphelin par l’armée de l’occupation israélienne. Je suis solidaire de la cause, de la terre et de la paix.

Un petit clin d’œil à Marouane Barghouti, un militant que je respecte énormément.

Publicités

Une Réponse

  1. A khouya chia 3ayne s7i7a darba la gauche. Partout wakla le3ssa 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :