La gauche marocaine n’est pas encore née

C’est devant une salle comble, où 300 militants de toutes les couleurs de la gauche marocaine ont assisté au débat organisé par l’Espace de dialogue de gauche à Rabat, Mercredi 26 Mai, à Dar Mouhami. Le « peuple de gauche » ayant fait le déplacement a débattu de la thématique « Le projet démocratique vs rôles de la gauche ».

« Nous avons beaucoup parlé du diagnostic de la gauche, au moins depuis 2007. Il faut passer à l’étape supérieure » amorce le débat Hassan Tariq, du bureau politique de l’USFP. Il rajoute que la gauche « doit reprendre l’initiative. Nous ne sommes plus précurseurs, l’Etat a présenté d’autres alternatives ( Rapport du cinquantenaire, rapport IER, … ) à nos revendications constitutionnelles, qui jadis étaient la seule proposition valable. Nous devons opérer une auto-critique collective puis créer ensemble un climat favorable aux réformes. Pour ainsi faire, il faut être fort électoralement ». Ali boutouala, du bureau politique du PADS, est quant à lui revenu aux fondamentaux : « Le projet démocratique pour nous est si clair : celui qui dirige les affaires publiques doit être soumis au vote populaire, son mandat doit être circonscrit dans la durée et son bilan soumis à la sanction du vote. La gauche a un seul rôle : œuvrer à construire ce projet ! ».

A l’opposé de Hassan Tariq, Fouad Abdelmoumni, acteur associatif et militant de gauche, ne croit pas que la gauche peut faire un grand pas d’ici 2012. « Au lieu de focaliser sur les élections, la gauche doit reconstruire son identité. La gauche se définit par rapport au passé, par rapport aux organisations existantes, au lieu de se définir par ses valeurs. Peu importe les élections, il faut construire le projet de société », ajoute Abdelmoumni. « Personnellement, je suis favorable, attentif même, d’une gauche plus à gauche que moi. Le seuil des ambitions de cette gauche, non électorale, doit être supérieure à nous, gauche plutôt réformiste et non pas tournée contre l’USFP ! J’ose avancer, en partageant l’avis de Fouad Abdelmoumni, que la gauche au Maroc n’est pas encore née. Ce débat est essentiellement constitutif d’un référentiel de gauche. Cette gauche ne doit plus être dans les appareils, elle doit sortir vers les intellectuels, les artistes, … qui devraient aussi se positionner ». Rétorque Tariq. Latifa Bouhsini, militante associative et sympathisante de gauche, considère que « l’incident de 2002 n’est pas une simple coïncidence. La gauche doit désormais se positionner sur les vrais sujets : laïcité, équité sociale, … ». Sur ce sujet, Tariq se demande « je ne comprends pas que cette « gauche de principe » ne se prononce pas sur ces sujets ( comme la laïcité ) du moment que les élections ne la concerne pas ou peu ? ». Et Abdelmoumni de conclure : « Pour rester dans l’optimisme que je prône, quand je vois autour de nous, je suis content du Maroc que je laisse à ma fille, il est beaucoup mieux que celui que nous a laissé nos parents. Mais il n’est pas à la hauteur du Maroc auquel j’aspire, celui que je veux lui laisser ! ».

Ont pris part à cette rencontre, dirigée par Mohamed Elaouni, du bureau politique du PSU, également Mohamed Badaoui, bureau politique du PS et Rachid Fekkak, du bureau politique du PPS.

Publicités

9 Réponses

  1. Tu aurais dû intituler ton billet : LA GAUCHE MAROCAINE N’EST PAS ENCORE RESSUSCITÉE!

    Parce qu’elle est née, elle a connu ses heures de combat glorieux, puis elle s’est laissée endormir par les sirènes d’un pouvoir illusoire avant de sombrer dans le coma et mourir!

    Elle ne peut que ressusciter! Si ces propres leaders veulent bien participer à cette résurrection!

  2. […] This post was mentioned on Twitter by Maroc Blogs, mounirbensalah. mounirbensalah said: Pour ceux que cela intéresse, compte rendu débat espace de dialogue de gauche à Rabat : http://tinyurl.com/36g9hhk […]

  3. Ton titre ne fait pas honneur à tous ces grands (et d’autres plus inconnus) qui sont passés par l’USFP et cie.

    (merde, je suis d’accord avec le 1er commentaire).

  4. @Hmida : S’il est vrai que l’expression est forte, mais ô combien éloquente. Je te suggère vivement un texte de Hassan Tariq :
    من يسار الدولة الى يسار المجتمع
    lisible sur le site du journal Alittihad.

    @Reda : La gauche n’est pas justement des personnes ou des structures, c’est essentiellement des valeurs et des actes.

  5. وا تا هدر بتعرابت إلا عندك ما تقول للمغاربة

  6. Cet article a été repris ici :
    http://www.libe.ma/Debat-a-Rabat-sur-le-theme-Projet-democratique-et-role-de-la-gauche-Apres-le-diagnostic-il-faut-reprendre-l-initiative_a11553.html

    ET en voici une traduction :

    اليسار المغربي لم يبدا بعد

    نظم فضاء الحوار اليساري بالرباط ندوة فكرية يوم الأربعاء 26 ماي بدار المحامي بالرباط حضرها حوالي 300 مناضل و متعاطف من « شعب اليسار » حول موضوع « المشروع الديموقراطي و مهام اليسار ».

    « المشروع الديموقراطي بالنسبة لنا واضح : على من يسير الشان العام ان يخضع للانتخاب, أن تكون مدة ولايته محددة في الزمن و أن تعرض حصيلته للمساءلة الشعبية. لليسار دور واحد و أساسي : الاشتغال على بناء هذا المشروع » يقول علي بوطوالة, عضو المكتب السياسي لحزب الطليعة. من جهته, يعتبر حسن طارق, عضو المكتب السياسي للاتحاد الاشتراكي, « إننا تكلمنا كثيرا عن تشخيص وضع اليسار, على الأقل منذ 2007. علينا المرور إلى مرحلة أخرى, فعلى اليسار اليوم استعادة المبادرة أمام ما وضعته الدولة ( تقرير الخمسينية … ) من اجل جعل المطالب الدستورية لليسار مغرقة في واجهة المقترحات. علينا فعلا القيام بنقد ذاتي جماعي و أن نخلق جميعا جوا مناسبا للإصلاحات. و من اجل هذا يجب أن نكون أقوياء انتخابيا

    في مقابل أطروحة طارق, يعتقد فؤاد عبد المومني, فاعل جمعوي و مناضل يساري, أن اليسار لن يحقق أي خطوة كبرى في 2012. « على اليسار ألا يركز على الانتخابات و أن يعمل على إعادة بناء هويته. اليسار اليوم يعرف نفسه بالنسبة للماضي, نسبة إلى هياكل قائمة, بدل التعريف نسبة لقيمه. لا تهم الانتخابات, المهم هو بناء المشروع المجتمعي » يضيف عبد المومني. « أنا شخصيا أحبذ, بل اطلب, وجود يسار على يساري. سقف الطموحات لدى هذا اليسار, الغير الانتخابي, عليه أن يكون أعلى منا, نحن اليسار الإصلاحي, و أن لا يكون يسارا موجها نحو الاتحاد الاشتراكي. اتفق مع عبد المومني و سأغامر بالقول, تفاعلا مع النقاش, أن اليسار بالمغرب لم يبدا بعد. هذا النقاش هو نقاش تأسيسي لمرجعية يسارية. هذا اليسار يجب أن لا يبقى في الأجهزة الحزبية, و أن يخرج عند المثقفين و الفنانين … و بالمناسبة, على هؤلاء أن يعبروا عن مواقفهم », يرد طارق. من جهتها, تعتبر لطيفة بوحسيني, فاعلة جمعوية و متعاطفة مع اليسار, « أن حادث 2002 ليس مجرد صدفة. على اليسار اليوم أن يحدد مواقفه من قضايا أساسية : العلمانية, العدالة الاجتماعية … ». في هذا الصدد, يتساءل طارق : « لا افهم كيف أن هذا « اليسار المبدئي », لا يوضح مواقفه من هذه القضايا ( كالعلمانية) مادامت الانتخابات لا تهمه, أو تهمه قليلا فقط؟ », بينما يختتم عبد المومني « لكي نبقى في التفاؤل, عندما أرى ما يجري حولنا, أنا مسرور بالمغرب الذي اتركه لابنتي, انه احسن بكثير من البلد الذي تركه لنا آباؤنا. و لكن, انه لا يرقى إلى ما أتطلع إليه كمغرب كنت أود أن اتركه لها ».

    شارك في هذا اللقاء, الذي سيره محمد العوني, عضو المكتب السياسي للحزب الاشتراكي الموحد, كل من محمد البدوي, عضو المكتب السياسي للحزب الاشتراكي و رشيد فكاك, عضو الديوان السياسي لحزب التقدم و الاشتراكية.

  7. Bravo Mounir pour cet excellent post…
    Il est vrai que la gauche d’aujourd’hui n’est plus celle de ma jeunesse, avec ses leaders charismatiques.
    Est-ce l’usure du pouvoir?
    Plus que tout, je suis inquiet du rapprochement d’une « certaine » gauche avec les islamistes. C’est le plus grave à mon humble avis.

  8. Depuis la naissance de l’UNFP fin des années 50 et début des années 60,( j’étais encore au Lycée) j’entends parler de Gauche de Droite des Indépendants sans jamais avoir rien compris ce que celà veut dire. Aujourd’hui je suis à la retraite et après avoir passé 25 années à tindouf en Algérie en tant que prisonnier de guerre, je veux comprendre. Au Maroc etre de Gauche ou de Droite mais par rapport à quoi? Les Idées de gauche à ma connaissance sont enterrées depuis l’effondrement du bloc soviètique et l’abolition de la guerre froide. Chez nous au Maroc le parti de l’Istiqlal tradionnellement conservateurs et les deux partis USFP et PPS qui tradionnellement n’ étaient pas pour la Monarchie, sont aujourd’hui tous les trois dans la meme Koutla et constituent la Majorité au Gouvernement. Donc Où est la gauche et où est la droite? Ou alors on est de gauche ou extrème gauche en fonction de la distance qui nous sépare du gateau?
    Je crois que ce qui a toujours fait le malheur des hommes politiques qui se définie soit disant à » gauhe  » au risque de me contredire, c’est d’avoir défini leur position comme des hommes politiques porteurs d’idées devenue obsolètes parce qu’ils se définissent à l’opposé du Régime au lieu de se définir à l’ interieur du Régime mais porteurs porteurs d’idées neuves. Quand j’assiste à des conférences ça et là je suis écoeuré d’entendre encore des gens parc exemple( qui se disent d’extrème gauche) qui doutent encore de la marocanité du Sahara en faisant valoir les droits de l’Homme avant l’Intégrité territoriale. Quand on sait que si le Maroc ne récupérait pas son Sahara , nous devons etre inquets quant à son avenir en tant qu’Etat et en tant que Communauté, devons nous encore parler de gauche ou de droite?

  9. Mr. Ali Najab,

    Pourquoi devrait je m’inquiéter si le Sahara devient indépendant? Le Maroc peux exister sans le Sahara. En fait, je suis certaine que s’obstiner à refuser l’auto-détermination aux peuples par les temps qui courent est une idiotie monumentale. Vous devez vous réconcilier avec votre statu de pion dans une guerre entre Alger et Rabat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :