Faisons en sorte que la crise actuelle de l’AMDH soit une occasion des militants de gauche de discuter sincèrement sans passion

Cela fait longtemps que je veux écrire sur ce qui se passe à l’AMDH. Autant pour les proches, j’ai étayé mon point de vue, autant S’attaquer à l’AMDH en ces temps troubles s’apparenterait à un « blasphème » de gauche. Mais, laisser passer le ridicule, au nom d’une gauche, ne pas avoir le courage de porter sur la sphère publique ce débat serait lâche! Je suis militant de l’USFP mais je reste critique face à certaines dérives du parti. Je suis militant de l’OMDH, et je suis conscient de la limite de son action (l’article ci-dessous explicite une parti cette limite, « l’élitisme »), … être d’une conscience indépendante implique aussi des responsabilités! Je ne suis pas militant de l’AMDH certes, mais je la porte bien dans mon coeur, et je ne me permettrai jamais de laisser le ridicule l’anéantir.

Mon ami, et non moins camarade, Anouar, porte ici un message d’espoir : il demande un instant de réflexion au devenir de la gauche entière, à la lumière de ce qui s’est passé à l’AMDH. Laissons les réactions faire ressortir ma position 🙂

Faisons en sorte que la crise actuelle de l’AMDH soit une occasion des militants de gauche de discuter sincèrement sans passion et dans le respect total et réciproque de l’Avenir de nos organisations de masse et des moyens de les démocratiser et de les rendre efficaces dans les luttes pour la défense et la promotion de tous les droits tel que reconnus universellement.

Bonjour à TouTes,
Personnellement je ne pense que la crise actuelle de l’AMDH, est due aux positions prises par la majorité concernant le Sahara, la séparation de l’Etat et la religion ( ou « Laicité »), ou enfin la question des libertés individuelles.
Je pense que le vrai problème, pas seulement celui de l’AMDH mais de nombreux ONG de masses, est celui de la gestion de ces ong par les partis politiques.
Je parle des partis de Gauche (gouvernementale ou non), la droite n’a jamais prétendu avoir des organisations de masses démocratiques, indépendantes.
Les ONG sont prises comme un terrain d’application de tactiques partisanes, d’où les coalitions et tractations de partis politiques pour diriger et distribuer les instances entre ces parties. A le cas de l’USFP qui a une politique hégémonique avec une distribution de strapontins aux alliés. J’enregistre une réserve sur mon interprétation concernant les militants du PSU qui ont refusé à leur direction de travailler sur la base de directives du parti, d’où la différence de postions entre ces militants au sein de FMVJ, de l’AMDH et même dans le travail au sein des syndicats, ce là n’empêche que les camarades de ce partis qui négocient dans les couloirs des congrès (vrais centres de prise des décisions) rentrent dans le jeux de partage des ONG entre les différents courants.
L’AMDH a été crée par les forces de Gauche et les familles des détenus politiques des prisonniers issus du procès de janvier 1977 ont joué un rôle important dans sa création. Après le congrès constitutif et dés le premier congrès les tentatives d’utilisation de l’AMDH dans les stratégies des organisations politiques s’est accélérées.
L’Usfp, PPS, et OADP d’une part, Illa Amam et la gauche de l’USFP d’autre part ont utilisé chacun tous les moyens y compris anti démocrate pour s’accaparer de l’Association. En tant que responsable d’ILA ALAMAM à l’époque et congressiste je reconnais mes responsabilité ( chacun vendait le maximum de cartes y compris à ceux qui n’ont jamais été membre de l’Association, Pour exemple nous avons organisé l’AG élective des congressistes de Casa à Rabat en l’absence de tous les membre de la gauche « réformiste »
Celle-ci créa son organisation l’OMDH, que je respecte énormément concernant ses méthodes d’investigations, mais qui reste une ONG élitiste.
Suivra une interdiction de fait de l’AMDH pendant de nombreuses années.
Il est intéressant de revenir collectivement sur l’Historique de cette riche expérience.
Pendant les années 90 et début des années 2000 , Une parfaite entente eu lieu entre Nahj addimocrati et le PADS pour diriger l’Association, les problèmes ont commencés à apparaître lors des séparations des options politiques de ces deux partis ( Participation aux élection du PADS/ Primauté de l’Alliance du PADS avec le PSU et le CNI…). L’élection des congressistes de l’avant dernier congrès et des bureaux des sections locales ont constitué les prémices de la crise actuelle.
L’AMDH, malgré les cris de ceux qui ont souvent bafoué les DDH résistera à la campagne de léquidation orchestrée par ceux-ci. Malgré les erreurs, l’AMDH a été et doit rester une organisation qui dénonce les abus des Droits Humains. Mais elle doit le faire avec objectivité et impartialité, que ça soit concernant Aminatrou Heider marocaine aux yeux de l’état et de la majorité des marocains qui ne doit donc pas être expulsée vers un pays étrange ; Si elle a commis une infraction elle doit être jugée.
L’AMDH doit enquêter et dénoncer les atteintes concernant des citoyens (Peu importe si elle considère marocains ou pas) à TINDOUF ou SMARA. Elle doit défendre la liberté de la presse et dénoncer les atteintes la touchant mais elle doit défendre les citoyens contre les atteintes de certains journalistes. ..

Questions ??

– Pourquoi a-t-on refusé d’appliquer la constitution des instances de nos organisations de masses sur la base de la proportionnelle des programmes et des listes malgré l’adhésion théorique de la majorité des forces de gauche ?

– Pourquoi les décisions importantes ne se prennent pas dans les plénières et les commissions mais dans les coulisses ?? (L’exemple du dernier congrès de l’AMDH ou les militants ont discuté pendant DOUZE HEURES, et on leur a répondu que les décisions allaient se prendre sur la base des plates formes préparées avant le congrès et que leur propositions élaborées pendant les 12 HEURES sont pour l’ISTIÏNASSE !!

– Pourquoi les élections se font dans la commission de cuisine appelée commission des candidatures LAJNAT ATRCHIHATE (L’AMDH a abandonnée cette formule depuis au moins deux congrès) ?
….
Faisons en sorte que la crise actuelle de l’AMDH soit une occasion des militants de gauche de discuter sincèrement sans passion et dans le respect total et réciproque de l’Avenir de nos organisations de masse et des moyens de les démocratiser et de les rendre efficaces dans les luttes pour la défense et la promotion de tous les droits tel que reconnus universellement.

Publicités

2 Réponses

  1. Protégeons l’AMDH, facteur du Maroc de demain
    (titre alternatif proposé : Protégeons l’AMDH contre les tendances liberticides)
    Nous, soussignés, citoyenNEs et militantEs attachés aux droits humains, à la diversité et à la démocratie, apportons par la présente notre appui à l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH). Par delà toute éventuelle divergence sur telle ou telle de ses positions, nous considérons que cette institution et ses consœurs sont vitales pour le progrès du Maroc et de l’humanité.
    C’est parce que l’AMDH dérange qu’elle est importante. Elle ose mettre le doigt là où ça fait mal ! Elle souligne les maux du pays qu’elle juge en contradiction avec les droits humains, et ce en cherchant délibérément à se distancer des « spécificités nationales ». Elle revendique la défense des principes universels sans considérations d’appartenance nationale, religieuse, ethnique… autre que celles prévues par les conventions internationales. Evidemment, lorsqu’elle cherche à s’approprier le patrimoine universel, elle se retrouve souvent en avance (et en tous cas en décalage) par rapport aux normes idéologiques, sociales et politiques dominantes.
    Que serait le Maroc d’aujourd’hui si des institutions telles l’AMDH n’avaient pas pris la responsabilité, contre les dogmes régnants et toutes les autorités installées, de briser les tabous, que ce soit pour l’esclavage, ou pour le colonialisme, ou pour la violence familiale et conjugale, ou pour les dictatures violentes, tous les Tazmamart et Kalaât Mgouna du monde entier ?! Aujourd’hui, l’AMDH est accusée de revendiquer des institutions étatiques émanant des citoyens et les servant sans référence à une autorité religieuse ; elle est accusée de prôner la résolution du conflit du Sahara selon la légitimité internationale, sans s’adosser nécessairement à la position de l’Etat et de l’essentiel de la société et des élites marocaines ; elle est accusée d’en appeler au respect des libertés individuelles, notamment en matière de choix de pratique religieuse ou d’orientation sexuelle, tant que la pratique de ces choix n’attente pas aux droits et libertés d’autrui. Pour ces « infamies », assaisonnées de bon nombre de mensonges et d’affabulations, l’AMDH est dénoncée pour « traîtrise », par une certaine presse, et même par le Premier Ministre en personne et par la seconde chambre du Parlement.
    Nous prenons fait et cause pour l’AMDH, non pas parce que nous la croyons sacrée ou infaillible, mais parce qu’elle est nécessaire à notre progrès et qu’elle contribue à éclairer nos chemins. D’aucuns parmi nous considèrent que ses positions sont parfois excessives, ou téméraires, ou bien au contraire timorées ou de parti-pris. Nous n’avons pas nécessairement la même appréciation de la manière par laquelle elle gère son fonctionnement interne, et certains parmi les signataires l’affichent publiquement et appellent de leurs vœux des avancées substantielles et rapides de son autonomie. Mais nous considérons que les éventuelles défaillances que nous pouvons critiquer relèvent non pas d’une carence indépassable mais de la maturation naturelle que nous appelons d’un mouvement des droits humains, universaliste, outillé, objectif, enraciné, pluriel et démocratique.
    Nous comprenons qu’aujourd’hui, nombre de nostalgiques de l’absolutisme et de la répression primaire cherchent à mettre en équation les acquis libertaires de la société marocaine. Le devoir de tous les démocratiques et de toutes les forces éprises de libertés et de droits humains est de faire échec à la régression. Nous, signataires, nous déclarons prêts à en assumer notre part.

    Pour signer ce texte : http://tinyurl.com/37g9j8m

  2. […] congrès de l’AMDH, la série d’attaque qu’elle a subi et la solidarité qui s’en est suit, non pas pour ses positions, mais pour son existence. Le proverbe arabe dit : « J’étais mangé le jour où le bœuf blanc […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :