Archives de Catégorie: bla bla

Darif : d’Intello à chef de parti – Interview


Publicités

El Othmani sur sa rencontre avec Livni : Dire la chose et son contraire, c’est du mensonge!!!


Interpellé sur Twitter par des internautes marocains sur une éventuelle rencontre avec Tsippi Livni, ancienne ministre israélienne des affaires étrangères et actuelle négociatrice en chef dans le processus initié avec l’autorité palestinienne, Mr El Othmani, ministre marocain des affaires étrangères a nié catégoriquement une telle rencontre ( qui se serait passée le 22/09/2013 ) :

tweet el othmani sur livni

Pourtant, l’Institut international pour la paix, avait publié sur son site une annonce de la rencontre, sous le thème « IPI Annual Mideast Ministerial Dinner ».

Taclé, le même ministre islamiste revient sur le site d’information alyaoum24 pour déclarer : « dès que j’ai été informée de la présence de Livni, j’ai fait en sorte à ce que je finisse rapidement mon diner et j’ai quitté les lieux » :

tweet el othmani sur livni 2

Sans trop philosopher ( sans parler de manque de diplomatie de notre diplomate en chef, chose que nous avons relevé sur ce blog ), la seule est pertinente remarque qu’on peut faire : c’est du MENSONGE !!!!

Enseignements et conclusions de l’affaire #danielgate


L’affaire de la grâce royale en faveur de l’espagnol violeur d’enfants est un vrai tournant dans la vie politique au Maroc :

  • Cette affaire lève le voile, au moins pour les non avertis, sur le fonctionnement bizarre d’une « institution » non constitutionnelle qui s’appelle « conseiller royal ».
  • Les réseaux sociaux démontrent aujourd’hui, qu’une nouvelle forme d’organisation politique est possible loin des élites sclérosées et des organisations dépassées !
  • Pour la première fois, des manifestations d’indignés obtiennent l’annulation d’une décision (grâce) royale !
  • Pour la deuxième fois, après les manifestations du 20 février et le discours du 9 Mars, le Roi répond directement aux manifestants, sans intermédiaire ni jeu de conseillers !
  • Puisque la grâce est un domaine royal, que le roi lui-même s’est dit induit en erreur et n’a pas été informé, il doit présenter ses excuses au peuple marocain, aux victimes en particulier.
  • Si l’information sur la guéguerre Himma – Benkirane s’avère vraie, alors ce conseiller royal doit endosser la responsabilité de cette bourde !
  • Le chef du gouvernement, Benkirane, est grandement responsable : d’abord politique de s’être effacé durant cette affaire, ensuite et surtout parce qu’il contresigne la décision de grâce !
  • Le ministre de la justice doit être tenu pour responsable : il préside la commission de grâce qui, de surcroit, se tient sous sa convocation ! Même dans le cas où cette grâce n’est pas passé par lui (comme le fait savoir les fuites de son ministère et le communiqué des droitsdelhommistes de son parti).
  • Le ministre de l’Intérieur doit être tenu responsable pour les violences policières contre le sit-in du Vendredi 2 Aout.

La seule vraie conclusion : Exiger une réelle monarchie parlementaire!!!

Toujours ces sites web ministériels au Maroc…


 

Le site web du ministère de l’environnement annonce l’organisation d’un concours pour le recrutement d’UN (1) « technicien 3ème grade ». Jusqu’ici tout va bien. Seulement, l’annonce rajoute que 25% de ces postes sont réservés aux « résistants, protégés de la nation, anciens militaires ou combattants » et 7% réservés aux « personnes handicapées ».

Vous pouvez voir ici d’autres exemples de nombres de postes à pourvoir ( comme plus haut : 1 poste ) dont le résultat de la multiplication par les pourcentage 25% et 7% n’est pas entier. Pire, pour l’exemple plus haut, il y a un seul poste. Pour avoir fait un peu de maths, je pense que l’heureux candidat doit avoir été à 25% de son temps résistant et avoir un handicap qui amoindrit de 7% ses facultés mentales ou motrices!

من مازق السياسة الى تمييعها


لا يسع المتتبع للشان العام مغربيا الا ان يخرج بحقيقة واحدة و وحيدة : طال امد « الانتقال » الى الديمقراطية. منذ تسعينات القرن المنصرم, اي منذ 20 سنة و نحن « نمارس » و « ننظر » و نتكلم الانتقال دون ان نخرج منه الى ممارسة الديمقراطية حقيقة.

و لنا ان نتساءل حقا عن الاسباب, لانه في كل لحظات « الذكاء الجماعي » المغربي ( عبارة استعملتها عند انطلاق مسيرات 20 فبراير في مقابل تسمية « الاستثناء المغربي » الذي اعتبره بدون معنى ) يعيش مجتمعنا حالات من الردة عن كل التعابير المشرقة و الذكية فعلا.

بدانا بتناوب « تراضى » فيه القصر مع المعارضة التاريخية ( بتعبير الاستاذ عبد الرحمان اليوسفي نفسه ) ثم تم نسف التجربة من داخلها و من بعد « بالخروج عن المنهجية الديمقراطية » و تشبث من حاول نسف التجربة بالمقاعد الفارغة سياسيا.

ثم عرفت تجربة تسيير المدن الكبرى بالعمادات رهانات « تنزيل » التنافس السياسي و البرامجي الى المستوى المحلي من اجل تعبئة المواطنين, لكننا انتجنا مسوخا و « حيوانات انتخابية اليفة » شوهت المدن و عاتت في الارض فسادا امام مراى الجميع. فها هي الدار البيضاء كمثال, مدينة اكبر من باريس و ميلانو يحكمها ائتلاف حزبي من اليمين الديني و الاداري ( في اول تجربة لادخال الاسلاميين للحكم ) كل همه هو نجاح انعقاد دورات المجلس البلدي, و اتخاذ 0 قرار منذ سنين !

بتعبئة الحركة الحقوقية بجانب ضحايا سنوات الرصاص انطلقت مع المناظرة الاولى و استمرت الى توصيات هياة الانصاف و المصالحة, كحد ادنى لنتازل الضحايا و المجتمع في مقابل ضمان دمقرطة الدولة و عدم التكرار . قراءة الماضي بذكاء جماعي و استخراج العبر اللازمة هو عبقرية لم تستطع دول عدة عريقة في الديمقراطية ان تاتي به. لكن سرعان ما « كفر » البعض بكل ما جاءت به هياة الاستاذ بنزكري رحمه الله و حاول البعض « خوصصته » في مشروع سياسي للدولة.

ثم خرج « الربيع » المغربي من رحم مسيرات 20 فبراير و استجاب الملك جزئيا لمطالبه. تشاور الجميع و راى الجميع مقترحات الجميع ليخرج دستور 1 يوليوز 2011, على علاته و قلة وضوحه, بالكثير من المكاسب التي ما فتانا كحركات حقوقية و تقدمية ننادي بها. واليوم نعيش على ايقاع المسخ المسمى « تنزيلا » لهذا الدستور.

بعد كل هذا لا بد من طرح السؤال : الى متى سيستمر مسلسل « الانتقال »؟  ثم من يقف عثرة في وجه التموقع النهائي في ممارسة الديمقراطية؟ قيل ان طبيعة المحافظة التي تطبع الملكية هي التي تجعل التغيير بطيئا, و قيل كثيرا ان المجتمع غير مؤهل و قيل ان المخزن و لوبياته يتحكون في « اللعبة » و قيل و قيل الكثير, و لم يطرح سؤال النخب. ما مدى استعداد النخب للديمقراطية؟ ما مدى قناعتها بالخطابات التي تقول بها؟

ان المبتدا في الاجابة عن كل هذه الاسئلة هو اعتبار كل ما راكمناه مكسبا حقيقيا و الاشتغال داخله من اجل جعله حقيقة و واقعا ثم السعي لتطويره. اليوم كلما ارى حركة او جمعية تعطي الدروس في « ديمقراطيتها » و نخبا تقول ما لا تفعل و تفعل ما لا تقول, اشعر اننا لا نقترب من التغيير المنشود. ان الوطن بناء يا سادة.

رد على مقال السيد جمال بودومة بعنوان « محاكمة سقراط »


دون سابق انذار او اسباب للنزول, قام السيد جمال بودومة, عبر « مقال » بجريدة المساء بعنوان « محاكمة سقراط », بالتهجم علينا في المنظمة المغربية لحقوق الانسان. السيد بودومة في « مقاله » بدا و كانه يفرق صكوك الغفران و ينقط الهيئات الحقوقية في المغرب بل و يصنفها لصالحة و طالحة, و يدخل جنة النضال من شملته رحمته الصحفية و يرمي من لم يرقه بالريع و اوصاف اخرى. يقول السيد بودومة مثلا  » عندما نقرأ التقرير الأخير لمنظمة محترمة مثل «أمنيستي أنترناسيونال» عن وضع حقوق الإنسان في المغرب، نتساءل بجدية عن جدوى هيئات مثل «المجلس الوطني لحقوق الإنسان» و«المنظمة المغربية لحقوق الإنسان»، التي أكملت تحولها إلى هيئة شبه رسمية خلال ولاية أمينة بوعياش… »

لا اظن ان السيد بودومة غير متتبع لأنشطة المنظمة و تقاريرها و مؤتمراتها … و لا اظنه, على الاقل لا يعرف احد المدافعين عن حقوق الانسان في المنظمة المغربية لحقوق الانسان. لا اظنه يجهل ان كل المدافعين عن حقوق الانسان في المنظمة المغربية لحقوق الانسان متطوعون يعطون من جهدهم و وقتهم من اجل القضية التي يدافعون عنها في مسار المنظمة على حساب عائلاتهم و مسارهم المهني و لا اظنه يجهل اننا في المنظمة لا نتوفر على اي موظف عمومي متفرغ كهيئات اخرى … و لا اظنه يجهل الصفة الاستشارية للمنظمة لدى هيئات الامم المتحدة و الاتحاد الافريقي و الجامعة العربية بفضل مصداقيتها التي يشهد بها الخارج قبل الداخل … و لا اظنه يجهل ان السيدة بوعياش, الرئيسة السابقة للمنظمة, تشغل ايضا منصب نائبة رئيسة الفدرالية الدولية لحقوق الانسان (ربما امتنانا لتحويلها المنظمة الى « شبه رسمية »)  … و لا اظنه يجهل اين يذهب دعم الدولة المالي او الدعم الدولي … لا اظنه يجهل كل هذا و هو الصحافي المتمرس و الذي يبحث عن المعلومة الصحيحة.

Lire la Suite →

Exclusif : Grille de programmes de 2m pour Mai 2012 #khalfi404


Ceci est un fake 🙂

Moul #grima : défenseur du trône marocain!


 

Pour paraphraser Rémy Leveau, avec son « Le fellah marocain, défenseur du trône« , un réel traité de sociologie marocaine. Dommage que nos sociologues ne se penchent pas vers ce titre : Moul #grima : défenseur du trône marocain!

Le Zoo n’est pas fait pour les pauvres! autres bêtes sévissent!


Une chose est sure, lire mon billet là-dessus, les animaux ne vont plus se suicider par faute de bon foyer! le nouveau zoo est finalement prêt et surtout inauguré :

Des petits enfants d’une association caritative aurait demandé aux responsables du zoo la réduction du tarif d’entrée, voire l’exonération, pour ces enfants. Voici la réponse telle que publié par cette association sur facebook ( traduction : payer les 20dh par enfant, 30dh par accompagnant, ce sont des prix étudiés pour cette catégorie ) :

Réponse du zoo à une association caritative

Il y a un an, fut une lettre … à la poste?


Il y a un an, une lettre a été rédigée comme aujourd’hui pour être signée le 29/01/2011. Beaucoup n’ont pas trop apprécié le ton, certains l’ont trouvé simple mimisme ou trop révolutionnaire à leur yeux, d’autres j’en sais quoi.

Un an après, elle devient « trop banale ». Il est important à mon sens de voir le cheminement en un an, surtout de cocher ( le peu? ) ce qui a réalisé, et ce qu’il ne l’est pas!

 

Lettre ouverte au Roi Mohammed VI et à l’ensemble des citoyennes et citoyens

Leçon tunisienne et égyptienne au Maroc : Manifeste pour une réforme politique démocratique.

Majesté,

Sœurs et frères Citoyens Marocains,

La commémoration des marocains du 11 Janvier a coïncidé avec les révoltes des peuples tunisien et égyptien, exprimant la volonté des peuples de notre région à récupérer leur dignité et leur droit à la citoyenneté. Evoquant les dimensions de la présentation du manifeste de l’indépendance, nous commémorons les luttes du peuple marocain pour obtenir son indépendance, la défense de la nation et son aspiration à une réelle démocratie et la réalisation d’une citoyenneté intégrale.

Nous remarquons que le Maroc vie une régression du projet démocratique. En outre, les conditions sociales et économiques de larges couches du peuple marocain sont sujettes à une grande préoccupation, en parallèle avec un copinage effréné de l’élite et l’aggravation de l’économie de rente. Le paysage politique marocain parait abject du fait d’un consensus stérile empêchant la confrontation d’idée et la possibilité de leur renouvellement ainsi que le renouvellement de l’élite les portant. Cette élite continue d’être formée dans des positions de clientélisme loin de l’école publique ou des organisations vives de la société, et ce par l’intervention des autorités dans le vif de l’action politique et civile, la tentative de sa restructuration d’en-haut, outre l’intervention des « affiliés » au Roi dans toutes les questions décisives de la nation, bravant toute logique de la bonne gouvernance. Les autorités abdiquent toujours à leur engagement de présenter des excuses publiques au sujet de leurs violations des droits humains et refusent d’activer l’application des recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation. Une minorité continue d’agencer les richesses du pays et épuiser ses ressources. Au même temps, les partis politiques souffrent d’un faible encadrement de la population, de l’absence de leurs initiatives réformatrices et l’impopularité de leurs leaders.

Les Marocains souffrent de cette situation, le Maroc et son intégrité sont menacés du fait de la poursuite de la même logique dans la gestion des affaires publiques et des enjeux nationaux.

Partant de là, nous, soussignés, demandons :

  • Le renvoi du gouvernement actuel, la destitution du parlement et la constitution d’un gouvernement de transition composé de potentialités démocratiques civiles, présidé par une personnalité nationale honnête réunissant un large consensus.

  • La constitution d’une instance nationale de toutes les sensibilités sociales, civiles et politiques pour la formulation d’un projet de constitution démocratique sujet à un référendum populaire, libre et transparent au cours de l’année actuelle. Une constitution instituant une monarchie parlementaire, où le Roi règne et les institutions gouvernent, qui garantit la séparation de pouvoirs, un gouvernement responsable devant un parlement véridique et représentatif de la volonté populaire, et qui instaure l’universalité des droits humains, la suprématie de la loi et la criminalisation de l’impunité.

  • La réalisation de la justice sociale, économique et fiscale, l’encouragement de la culture, la promotion de l’éducation, la réforme de la justice, la libéralisation des informations et de l’expression, surtout la démocratisation de l’espace audio-visuel afin de créer un climat sain de débat public, la réforme radicale de l’enseignement et le rétablissement des droits individuels et publics tels qu’universellement reconnus.

  • La poursuite de tout individu ayant été prouvé son implication dans la dilapidation des deniers publics, l’abus de pouvoirs ou l’atteintes aux droits humains.

Nous appelons l’ensemble des citoyens marocains à l’expression pacifique de leurs opinions de la façon convenable. Nous ne voulons que soit élevées la démocratie et la justice sociale, à travers un géni marocain. Le Maroc et les marocains méritent la transition rapide et lisse vers la démocratie.

Le Maroc, le 29 Janvier 2011.

Traduction de la lettre à signer ici. Pour voir la liste des signataires, c’est ici.

le off du passage de khayrat sur #aswat


La gestion des deniers publics et la transparence dans les marchés publics : Le véritable examen de passage de Benkirane


Le véritable examen de passage de Benkirane 

A l’heure où Benkirane tarde à former son nouveau gouvernement, de nombreuses questions animent les discussions de salons dont certaines reviennent comme un leitmotiv sans que personne ne puisse véritablement y répondre.

Véritable cheval de bataille du PJD dans son programme et sa campagne électorale, la lutte contre la corruption et la bonne gestion des deniers publics semblent aujourd’hui attendre que quelqu’un s’y intéresse, apparemment reléguées toutes deux au dernier rang des priorités.

Benkirane et son équipe vont-ils s’atteler à combattre avec efficience la corruption et le népotisme ? 

Vont-ils ouvrir la boîte de pandorre et s’intéresser aux cas de prévarication soulevés ces derniers mois par quelques journalistes et autres blogueurs ?

Ou au contraire vont-ils faire le choix de fermer les yeux et se concentrer sur leur propre législature, scellant par là la chape d’immunité qui règne dans ce domaine?
La bonne gestion des deniers publics a été perçue lors des dernières élections comme étant un élément essentiel figurant dans les programmes des partis. Cette donnée n’est pas nouvelle et la promesse de combattre la mauvaise gestion a toujours été présente,renforcée cette fois-ci par une nouvelle Constitution faisant maintes fois référence à la bonne gouvernance. Néanmoins,  peu ou pas d’institutions osent s’y frotter réellement.

Qui a véritablement autorité pour s’intéresser à ces dossiers ?

La Cour des Comptes prolixe dans ses longs rapports mais plus lente à agir lorsqu’il s’agit de poursuites ?

La Trésorerie Générale, garante d’une passation transparente des marchés publics mais très (ou trop) discrète sur son action effective en cas de mauvaise application de la loi?

L’Instance Centrale de Prévention de la Corruption  hésitante à s’intéresser aux hauts fonctionnaires ?

Le gouvernement ? Le parlement ?

Ces questions de compétence semblent à elles-seules freiner un processus qui ne devrait nécessairement pas tarder à se mettre en place puisque la presse, la société civile et les associations concernées ne devraient plus être les seules à pointer du doigt ce système et n’ont pas vocation à saisir la justice.

Le sujet sensible de la mauvaise gestion des deniers publics qui renferme à lui seul autant d’écueils que la corruption, la prévarication, la concussion, le détournement, la dilapidation, le trafic d’influence, la prise illégale d’intérêts et le népotisme, devrait donc aujourd’hui franchir la ligne de taboue qui le caractérisait jusque là et sortir de l’omerta.

Bien que Benkirane semble animé d’une volonté d’imposer à ses futurs ministres une situation de fortune dès l’accession à leur fonction, il n’évoque nullement dans ses interviews et sorties médiatiques le cas du passif existant.

Quid donc des abus commencés sous l’ancien gouvernement ? Vont-ils être à leur tour frappés d’une prescription illégale ? La situation de fortune est-elle une résolution suffisante pour éviter les abus ?

Quelques préconisations préventives en matière de passation des marchés publics :

Certaines mesures simples, dont certaines sont préconisées par la loi, peuvent à elles seules garantir une transparence efficace.

1. La cellule de veille des marchés publics
La veille au Maroc n’est pas un élément nouveau. Aussi, de nombreuses cellules de veilles fonctionnent aujourd’hui tant aussi bien dans le public que dans le privé. Ainsi, l’on pourrait imaginer une cellule auprès de la Trésorerie Générale du Royaume chargée de surveiller la liste des attributaires des marchés et d’en constituer une base de données fiable permettant de déceler par exemple un actionnariat douteux dans une société qui serait lié à un fonctionnaire en charge du marché ou d’autres accointances suspicieuses.

2. Une nomenclature cohérente dans les références des appels d’offre
Les références des appels d’offre ne semblent pas obéirent à une nomenclature précise, aussi il est difficile de les retrouver par ce numéro qui devrait logiquement être un identifiant unique.
Deux écueils surviennent à ce niveau et il serait donc judicieux de prévoir des références plus précises et homogènes :

– des appels d’offres portant la même référence  :


– des appels d’offres avec des références aux nomenclatures différentes et n’obéissant à aucune règle logique.

3. La publication systématique du nom de l’attributaire dans le site des marchés publics
Le site des marchés publics est un portail à la pointe de la technologie mais laisse à désirer au niveau ergonomique. Il permet de consulter les avis d’appels d’offres selon de nombreux critères et même de lire les avis d’attribution. T

outefois, de nombreux avis d’attribution ne comportent pas le nom de l’attributaire bien que ce soit une obligation imposée par la loi.

Cette irrégularité semble ne concerner souvent que les mêmes adminstrations.

Prenons l’exemple de l’une des affaires célèbres dévoilées en 2011, dite l’affaire BULL Maroc.
Ce projet concerne la mise en place d’un système informatique complet pour le ministère des Sport et a été divisé en deux marchés publics :
– Appel d’offres sur offres de prix n°61/2010 pour l’acquisition, la mise en oeuvre et infogérance des systèmes CRM, ERP et contrôle d’accès pour la gestion des centres de proximité sportifs intégrés (CPSI), Piscines et Fédérations sportives.
– Appel d’offres sur offres de prix n°3/2011 pour l’assistance à la maitrise d’ ouvrage pour la mise en oeuvre des systèmes (Customer Relationship management) (CRM), (Enterprise Resource Planning) (ERP) et contrôle d’accès pour la gestion des centres de proximité sportifs intégrés (CPSI ), Piscines et Fédérations sportives

Il a été révélé que ces 2 marchés accordés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports ont tout d’eux été remportés par des attributaires liés à la personne même du Ministre de la Jeunesse. Aussi, le premier a été accordé à Bull Maroc dont le DG est Mehdi Kettani un membre de sa famille, et le second à Capital Consulting dont l’associé principal et dirigeant est Hicham Chebihi Hassani, ami du ministre et trésorier de Mawazine.

Néanmoins, comme le révèlent les images ci-dessous, les noms d’attributaires dans ces deux marchés ne figurent pas dans le site des marchés publics.

– Avis d’attribution du marché remporté par la société Bull Maroc sur le Portail des Marchés publics (le nom de l’attributaire et le montant n’y figurent pas)

                     – Avis d’attribution du marché remporté par la société Capital Consulting sur le Portail des Marchés publics (le nom de l’attributaire et le montant du marché n’y figurent pas)

– L’exemple comparatif du dernier avis d’attribution publié sur le Portail des marchés publics : comporte le nom de la société attributrice et le montant du marché

4. La possibilité de recherche par nom d’attributaire dans le site des marchés publics

La préconisation précédente prendrait tout son sens si elle était accompagnée d’un outil de recherche plus efficace et qui constituerait certainement l’arme la plus efficace de lutte contre les passations douteuses de marchés publics. En effet, la recherche dans le portail devrait comporter un critère supplémentaire : celui de la recherche par nom d’attributaire.

Cette démarche, sil elle est mise en place permettrait de retrouver facilement les marchés publics suspicieux et forceraient donc les personnes concernées à faire montre de plus de diligence dans le choix des attributaires et permettrait par ailleurs un contrôle plus efficace des institutions concernées et un pas de plus vers une démocratie citoyenne et surtout… Participative !

Au Maroc, le dilemme de la droite ou la droite ou le désintérêt « activistique ».


Dans mon pays, la gauche est minoritaire ! Pire, politiquement émiettée : entre ceux qui ont catégoriquement choisi la droite de l’Etat en rejoignant une alliance électorale dont la matrice est constituée autour des partis des amis du Roi, ceux qui ont choisi de monnayer le patrimoine contre des maroquins ministériels devenus « existentiels », jouant à la marge de l’Etat, et ceux qui appellent au boycott sans alternatives ni issue de secours, à la marge et à la traîne d’une droite religieuse ancrée.

Le peuple de gauche rate encore un bel épisode de l’histoire : Au moment où ce que l’on convient d’appeler « printemps » dans la région Amazigho-Arabe, où la demande bat son plan sur le politique, et au moment où la crise économique bat son plein, réduisant le libéralisme à prôner un socialisme éclairé à travers l’Etat-régulateur, l’on a poussé à ce que les gens ne croient plus en un espoir de gauche !

J’avais écrit en 2007, vu la pénétration d’internet et la situation socio-économique, voire politique, de la jeunesse des jeunes va les « gauchiser », dans une quête de liberté, d’équité sociale, mais aussi par indignation ( mot magique qui revient même chez nos amis du nord ) en comparant leur situation avec cet ailleurs, accessible désormais. Quelle force de gauche pour encadrer cette jeunesse : Walou ! Certaines font de cette jeunesse un étalage de modernisation exhibé au pouvoir pour monnayer, d’autres leur ont appris que pour être de gauche, « dis non et tais toi ! » ( si vous voyez une ressemblance, cela se passe juste par votre tête ) dans une sorte de pédophilie intellectuelle sordide.

Encore, faut-il avouer un constat capital : le peuple de gauche existe-t-il vraiment ? A-t-il une réflexion ( au sens optique s’entend ) sur ce qui se passe ? Va-t-il mettre les gants pour voter à droite, ou du moins pousser à le faire ? Le peuple de gauche fait-il l’écrasante majorité de l’élite ?

En attendant de vous laisser choisir entre la droite, la droite et la droite, je vous laisse savourer ces deux passages d’intellectuels : Quand Sabila se demande, sans réponse, dans le dernier chapitre de son nouvel ouvrage : « Parlant des formations politiques issues du mouvement national, et particulièrement les formations progressistes et modernisatrices sur lesquelles des générations ont porté beaucoup d’espoir de réformer la société et de la porter vers le progrès, la modernité et la raison, ces formations dont les idées formaient une idéologie et une utopie pour les générations nouvelles de la post-indépendance, quel est le secret de leur échec ? Quel est le secret de leur émiettement, des malentendus et de la violence qui les marquent ? Quel est le secret dans le fait que les formations modernistes du mouvement national, qui portait le flambeau du progrès, de l’équité sociale et de la raison, a enfanté in fine des créatures politiques abjectes d’une telle violence et a produit une déception de cette ampleur gigantesque ? Quel est le secret de cette triple crise vécue par ces nouvelles formations : crise idéologique et culturelle, crise institutionnelle et crise éthique ou de valeurs ? » Benhaddou conclût son étude ainsi : « Ce qui se vit actuellement, c’est l’inachèvement qui brise l’illusion de la modernité. C’est aussi la découverte de l’immaturité politique, d’où la pauvreté du débat démocratique … Le jour où, par exemple, les élites apprendront à se soumettre à d’autres lois que les leurs, à découvrir une liberté capable de déterminer les limites du supportable, à négocier, coopérer, redistribuer, partager, le Maroc sera alors sur la voie d’une réelle démocratisation ».

Jeudi, 24/11/2011

#G8 #parlement : le Fquih dont attend la baraka … rentre à la mosquée avec ses babouches!


Le député UC Mohamed Koubba a jeté, comme le font les pauvres du Royaume, une lettre de doléance dans le passage du roi pour l’ouverture de la session d’automne du parlement.

On comprendra que toutes les portes sont fermées devant ce député ayant le devoir de porter la voix du peuple. Mais non, la lettre parlait d’un projet de sa fille à qui on lui a refusé un crédit de 5 Millions de dirhams!

عبد الرفيع جواهري : ما طوينا الكتاب


عبد الرفيع جواهري

ما طوينا الكتاب

السلام عليكَ، السلام عليكْ
السلام، وفي يدنا باقة الياسمينْ.
السلام عليك، فلستَ من الغائبينْ.
السلام، لأنك يا سيدي أولُ الحاضرينْ.
رغم عصف السنينْ
لايزال الخلودْ
آيةً فوق ذاكَ الجبينْ
السلام على قامةٍ ما انحنتْ
عندما ركعتْ جوقةُ الراكعينْ
السلامُ على صرخة علّمتْ قولَ: »لا«
أمَّة الرافضين
السلام على جمرةٍ
مانزال على نارها قابضينْ
السلام على فكرة لاتزال إذا ذُكِرتْ
تُفزِع الحاقدينْ

ما طوينا الكتابْ
صفحةً، صفحةً
لانزال لها حافظينْ
ما طوينا الكتابْ
كيف نطوي دماً
لانزال على هدره شاهدينْ؟
دمُه بيننا
كيف ننسى دما
كيف ننسى دم الرائعينْ؟
ما طوينا الكتاب
والسطور دمٌ خَطَّها خنجرُ الغادرينْ

قال لي: كيف حالُ البلادْ
آه ياسيدي…
إنه زمن تحْتَهُ جمرةٌ في الرمادْ
السياسةُ مثل الحشيشْ
والكلام المزوَّقُ إفكٌ
تعارَكَ تجّارُه في المزادْ
والحقيقةُ؟
آه يا سيدي!!
إنها مثل »هودٍ« أتى قومَ »عادْ«
من يخاف من الحق؟ قلت له
إنه الحق إنْ بانَ، بانتْ »سعادْ«
والصحابُ؟
أتسألني أين تلك الجيادْ؟
لاتزال جراحاتُ إخوةِ يوسفَ، غائرةٌ في الفؤادْ
الصحابُ؟
»فما أكثر الصَّحْبَ حين تعدُّ الصحابَ ولكنّهم…«
دخلوا الكهفَ ثم استطابوا الرقادْ

كان ينظر في قلق للأفقْ
ساد صمت فقلت له ما العملْ؟
قال لابد من صعقةٍ ضد هذا السوادْ

استدار ودقَّ بقبضته الطاولة، ثم صاحْ:
أيها الساكنونَ كهفَ هذا السكونْ
فاخرجوا لتروا
كم هي الشمس رائعةٌ عندما تخرجونْ
انهضوا أيها النائمونْ
قبل أن يذبُلَ الوردُ فوق الغصونْ
انهضوا قبل أن تترهل أرواحكُمْ
في الكراسي التي فوقها تجلِسونْ
أيها الصامتونْ…
لم يعد عندنا الصمتُ من ذهبٍ عندما تصمتونْ
في انتظار الذي قد يكونْ
في انتظار الذي ربما لن يكونْ
إن »گودو« بدا ساخرا في العيونْ
كدتُ من حزني أن أقول:
لستُ أعبدُ ما تعبدونْ

دمَعَتْ مقلتاه فقلت له
سيدي: رغم هذا الدجى
لانزال على دحره قادرينْ
لم نكن أبدا يائسينْ
إن كَبَتْ خيلُنا…
سوف تأتي خيولْ
وعلى صهواتِ الجيادْ
سنرى فتيةً رائعينْ
من تراب القرى
ودروب المدنْ
سنراهم غدا قادمينْ

Ô maitres de la jungle, rendez-moi mon zoo !


Je me rappelle, quand j’étais tout petit à l’école primaire publique, qu’un moment de joie annuel nous rendait sur les étoiles : Excursion au Zoo de Temara.

A proximité du Stade de Rabat, le Zoo national de Temara était un refuge pour nombreux jeunes écoliers de tout le Maroc. Nous y voyions les animaux que nous enseignaient les livres scolaires de boukmakh notamment, non sans grand émerveillement. De génération en génération, les plus grands ayant visité le parc zoologique racontaient aux plus jeunes leurs expériences fabuleuses : Faire manger aux singes des cacahuètes, entendre le cri effroyable du roi de la jungle, le lion, admirer le cou de la girafe, voir le cagibi improvisé de l’autruche, … bref, des mythes et des histoires d’enfants se sont construits autour du Zoo de Temara.

Il y a deux ans, mes souvenirs et mon égo ont été outré par les propos du haut-commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi : « Ce soi-disant zoo ne mérite pas son nom … il est dans un état délabré depuis 20 ans déjà » ! Ainsi, il explique qu’il a été décidé la construction pour fin 2010 d’un nouveau zoo, nécessitant 420 Millions de dirhams. Ainsi, La société Addoha a-t-elle été bénéficiaire ( comment ? ) du terrain de l’ancien zoo contre la construction du nouveau ! Le groupe Addoha a déclaré en 2008 déjà « Le terrain de l’ancien zoo a alors été estimé à 420 millions de DH … la cession du terrain n’a pas été faite à un prix symbolique comme le prétendent quelques articles de presse. Les sommes ont été versées en totalité même si l’Etat n’a mis à la disposition du groupe que la moitié du terrain cédé, explique le communiqué. Le groupe ajoute également qu’il a préféré avancer les fonds pour la construction du zoo qui ne relève pas de ses compétences ». Toytefois, « «les animaux, même dans un espace plus réduit, vivent dans de bonnes conditions de nutrition et d’encadrement», rassure le haut commissaire aux eaux et forêts en 2009. Résumons : Pour renouveler le zoo de Temara, l’Etat a cédé les 52 hectares ou 520.000 mètres carrés au groupe Addoha, en contre partie des 420 Millions de dirhams ( équivalent de 808 Dirhams le mètre carré de terrain nu ! ). Alors, en même temps, en 2008, le patron du groupe se défendait des accusations : « Pour le zoo de Témara, il y avait, au départ, deux appels d’offres infructueux, les propositions, qui étaient faites n’étant pas intéressantes pour cette ville et le CRI de Rabat. … Nous aussi, nous avons contacté des spécialistes, dont des architectes de Singapour qui ont réalisé plusieurs zoos dans le monde. Le coût d’estimation du zoo était arrêté autour de 420 millions DH, …Du coup, le prix dont a entendu parler et qui est évoqué dans la presse … est inacceptable. Quand on annonce un prix de 20.000 DH/m2 brut, il faudra s’attendre à débourser le double pour équiper le terrain… Pour le terrain du zoo, nous avons présenté un dossier très sérieux qui a été retenu par la ville de Rabat. Nous avons payé la totalité du foncier pour que l’Etat puisse avoir les fonds nécessaires pour financer une partie de la construction du zoo … » et d’ajouter sur la question des dérogations : « Tout promoteur, en fonction de son programme d’investissement, peut demander une dérogation. Pour notre part, nous avons proposé de construire des tours pour marquer l’entrée de Rabat. Nous avons fait une demande pour des immeubles R+17, sachant que déjà le siège de Maroc Telecom, qui est à côté, est un R+20. Donc, toute l’entrée de Rabat va être animée de la sorte car c’est un choix de la ville afin de donner du caractère à son entrée ». Très patriote dirais-je : 1 terrain à 800 Dirhams le mètre carré et en plus une dérogation pour la construction d’immeuble R+17 !

Seulement, peu des « responsables » et des bénéficiaires ont prophétisé ce qui s’est passé : 3 girafe sont mortes sur le chantier J. Certains parlent de suicide collectif d’une famille girafe, alors que le haut commissaire parle « d’une mort normale de la femelle », suivie par le mal souffrant de « stress de solitude » !

Devant l’arrogance humaine, on peut s’attendre à tout des animaux : « Un lion mal nourri devenu herbivore, des singes intoxiqués par des « sorcières », une hyène lobotomisée, des flamands roses devenues blancs ». Dans d’autres légendes, on parle d’une « ferme des animaux » qui s’est révoltée contre les humains cupides et insouciants. Attention le 20 Février pourrait toucher aussi les animaux.

Alors, maîtres de la jungle, rendez-moi mon zoo, rendez-moi mon argent, … ou rendez-moi mes souvenirs !

Au Maroc, le changement est difficile : la preuve par la TVM


Après une constitution, finalement mi-figue mi-raisin, apportant beaucoup d’améliorations par rapport à sa précédente et capitalisant sur les acquis, beaucoup de marocains, enfin ceux que je connais peut être, s’attendait à ce que les choses changent.

Les prémices d’une amertume, le conservatisme a la peau dure, ont déjà commencé lors de la campagne pour ladite constitution : des moussems (comprenez carnaval de mauvais goût), des hayaha (comprenez des gens payés pour faire de la « festivité politique »), des non-débats … ont envahi la scène nationale. A-t-on vraiment besoin de cela au 21ème siècle et surtout à un tournant historique où le pays s’accrochait, tant bien que mal, à dépasser les turpitudes et les mésaventures du « printemps » arabe et de passer, avec beaucoup de prudence ( J ) à une démocratie telle qu’universellement reconnue ( j’adore l’expression ) ? Au moment où plus de 99% des « forces » politiques ont approuvé le projet de constitution et le reste a tout bêtement boycotté le référendum, pourquoi tout ce folklore ? Il y a certainement des « poches de résistance » qui ont vu que leur « rôle » dans la nouvelle société allait être marginal, alors ont-ils eu l’immense intelligence à faire croire « à qui de droit » qu’ils sont indispensables ? Peu importe, il faut que nos « progressistes » s’essaient de comprendre, car si le là a été donné en cette période, les prémices ne sont pas de bonne augure ! Ne parlons pas de la cérémonie d’allégeance ou de la première séance des « dourouss hassanya » (causeries religieuse de Ramadan) où le ministre des habouss et des affaires islamiques tentait de faire le parallèle entre la démocratie et la bay’a ( allégeance ) !

Pas plus loin que ce soir, en famille, je m’essaie de regarder notre auguste première chaine de télévision « al oula » (traduisez la première), baromètre de l’Etat et son « porte parole audiovisuel ». Voici les premières impressions du journal télévisé principal  de ce jour:

  • 42 minute pour un journal télé est vachement beaucoup !
  • Le Roi est toujours à la UNE des journaux télévision avec la même voix sordide qui accompagne en commentaire : « des actions qui dépassent l’égo pour aboutir à une bienfaisance collective multiservices suivant une approche collective apportant le bien-être … bla bla » (vous imaginez cette dissertation dans un journal télé au 21ème siècle !).
  • Le Roi inaugure (et on nous montre les détails même de sa tournée avec les enfants) un espace pour enfants handicapés mentaux à Yaacoub El Mansour à Rabat ( bien sur avec tous les détails sur la superficie, le nombre de tables, de chaises, les financements, … )
  • Le Roi inaugure un centre d’insertion socio-économique se basant sur le principe de la solidarité collective pour créer des activités lucratives … bla bla, toujours à Yaacoub Elmansour (toujours avec les mêmes détails « techniques » et non « techniques »).
  • Après les images d’inauguration, un grand responsable de la fondation Med V (d’ailleurs, est-elle un établissement gouvernemental ou ONG ou quoi au juste ? #justeunequestion) pour la solidarité vient expliquer bien entendu, puis la voix magique revient pour donner des « explications complémentaires » en montrant des intervenants dans le projet.
  • 12 congressmen ont adressé une lettre au Roi que les réformes sociales et économiques sont importantes et apportent leur soutien au réformes lancées par le Roi.
  • 16mn30 pour les activités royales !

Au même moment, Niny est toujours en prison, jugé par le code pénal, d’autres journalistes sont poursuivis pour « diffusion de fausses informations » concernant la relation du PAM et certains gouverneurs/Walis.

Qu’est ce qui a changé depuis la promulgation de la constitution ? Finalement, il faut que le changement passe par les têtes de certains !

Raja, fête les dix titres du Raja


Raja, fête les dix titres du Raja

20 Février continue … en musique


Le paradis de Khénifra




Un jeune homme, qui sort d’une boite de nuit casablancaise après une belle soirée, rencontre un respectable Imam allant faire la prière du matin :

 

         Mon garçon, n’oublie pas que la vie sur terre est éphémère. Fais en sorte que ton autre vie soit au Paradis, c’est éternel.

         Dites-moi, que peut-on trouver dans ce paradis respectable Imam ?

         Tu trouveras la verdure, les arbres fruitiers, la nature éblouissante, …

         Et quoi d’autre ?

         Les rivières, le bonheur, la quiétude, …

         Et quoi d’autre ?

         Les filles ( les 7our l3ine ), vierges et charmantes.

         Et quoi d’autres ?

         Mon fils, tout cela ne te suffit pas ?

         Mais Imam, tout ce que vous avez décrit, on l’a chez nous à Khénifra.

%d blogueurs aiment cette page :