Archives de Catégorie: PJD

El Othmani sur sa rencontre avec Livni : Dire la chose et son contraire, c’est du mensonge!!!


Interpellé sur Twitter par des internautes marocains sur une éventuelle rencontre avec Tsippi Livni, ancienne ministre israélienne des affaires étrangères et actuelle négociatrice en chef dans le processus initié avec l’autorité palestinienne, Mr El Othmani, ministre marocain des affaires étrangères a nié catégoriquement une telle rencontre ( qui se serait passée le 22/09/2013 ) :

tweet el othmani sur livni

Pourtant, l’Institut international pour la paix, avait publié sur son site une annonce de la rencontre, sous le thème « IPI Annual Mideast Ministerial Dinner ».

Taclé, le même ministre islamiste revient sur le site d’information alyaoum24 pour déclarer : « dès que j’ai été informée de la présence de Livni, j’ai fait en sorte à ce que je finisse rapidement mon diner et j’ai quitté les lieux » :

tweet el othmani sur livni 2

Sans trop philosopher ( sans parler de manque de diplomatie de notre diplomate en chef, chose que nous avons relevé sur ce blog ), la seule est pertinente remarque qu’on peut faire : c’est du MENSONGE !!!!

Hausse des prix des gazoil : un éclairage signé #boulif


#boulif en 2011 :

#boulif en 2012 :

#boulif en 2013 :

Diplomatie 2.0 #pjd


diplomatie

Le site web officiel d’un ministère au Maroc : Un service public ?


Dans les pays qui se respectent, le site web d’un établissement de l’Etat doit être considéré comme un service public, d’autant plus s’il s’agit d’un site d’un ministère.

Le site web d’un ministère doit contenir, selon beaucoup d’observateurs neutres et experts, dans sa mission de service public des informations pour le public, notamment ( sans être exhaustif ) :

  • Le nom et la bio du ministre.
  • L’organigramme du ministère.
  • Les informations de contact des différents services du ministère.
  • La liste des concours et procédures de recrutement.
  • La liste des appels d’offres.
  • Les liens vers les sites des directions et établissements du ministère.
  • Les textes de lois relatives aux secteurs coiffés par le ministère.

Comme ceci explicité plus haut, ce site ministériel relève du service public. Il ne doit aucunement être un instrument aux mains d’un courant politique, administrant le ministère, pour y organiser de l’influence. Ceci serait similaire à faire de la pression pour que les employés du ministère rejoignent le parti du ministre, le cas échéant, changer d’appartenance avec chaque nouveau politique désigné, ce qui serait absurde.

Au même moment, il est naturel également que le site ministériel doit s’interdire de faire dans « l’opinion » ou « l’idéologie », car, encore une fois, dans sa mission de service public, il appartient à tous les citoyens, toutes opinions et idéologies confondues.

Seulement, Me Ramid ne voit pas les choses de cette manière. Le site du ministère de la justice et des libertés, qui en principe devrait incarner la politique de l’Etat en matière d’objectivité des organes de l’Etat, s’autorise de publier en date du 30/10/2011, un texte d’opinion non signé, sur « les bases juridiques », dit-on, de l’acte de ponctuer les salaires des grévistes ! Voici une capture d’écran ( au cas où cette « tribune » est effacée du site web ) :

Maintenant, si c’est vraiment une tribune, une opinion, … le ministère a-t-il le droit de la publier sur son site web officiel ? Si oui, ce site web sera considéré comme un média, régi alors par le code de la presse. Est-il possible de publier un « droit de réponse » ? Dans ce dernier cas, sachant que l’article est non signé, à qui s’adresser ?

Mr le Ministre de la communication, je ne souhaite pas financer vos convictions !


Tout d’abord, permettez-moi Monsieur le Ministre de vous féliciter et féliciter votre parti pour la confiance des électeurs marocains. Je n’ai certainement pas voté pour vous, j’appartiens à une autre famille partisane et idéologique, opposée à la votre. Je le dis pour l’honnêteté intellectuelle. J’ai attendu les 100 jours du gouvernement dans lequel vous siégez pour faire objectivement la lecture de vos projets pour répondre aux attentes des marocains, dont une partie s’est inscrite dans la vague de contestation du 20 février 2011, moi compris.

Passons cette introduction. Vous avez déclaré Monsieur le Ministre que vous voulez interdire à 2M la diffusion des spots publicitaires des jeux de hasard. Le journal dont vous assuriez la direction, Attajdid, s’est chargé de monter l’argumentaire de votre souhait. Il avait avancé des arguments constitutionnel, juridique, social et pudique. Je ne souhaite pas contester votre argumentaire, ni votre souhait d’interdiction de la diffusion desdits spots. Vous avez même mis en balance votre maroquin ministériel et cette interdiction des spots de jeux de hasard. Je l’avoue, c’est courageux, mais je me demande à qui vous adressez-vous quand vous menacez de partir si cette interdiction ne se concrétise pas. Certainement pas à moi, citoyen, ou opposant politiquement à votre gouvernement.

Monsieur le Ministre, vous avez avancé que les recettes de la chaine 2M de ces publicités de hasard « ne dépassent pas 25 Millions de dirhams ». Vous avez proposé apparemment à la chaine de chercher à combler ces revenus qui s’évaporeraient au cas où votre décision prend effet, mais vous n’avez pas dit comment, vous le Ministre, politique.

Permettez-moi Monsieur le Ministre de vous rappeler que j’ai adressé une lettre, il a 3 ans, à votre prédécesseur lui faisant part de mon souhait de ne plus vouloir participer à la promotion de l’audiovisuel. Vous auriez même déclaré il y a moins d’un mois que vous allez mettre fin, pour 80% des marocains, dont j’estime en être un, à la taxe de promotion de l’audiovisuel. J’en été ravi, car ma lettre n’aurait pas été vaine. Il s’est avéré Monsieur le Ministre que nous auriez menti ! A la lecture de la loi de finances 2012, qui n’est toujours pas votée d’ailleurs alors qu’on est en Avril, cette taxe a la peau dure et persiste bien dans les recettes de l’Etat.

Monsieur le Ministre, pour revenir à cette suppression des spots publicitaires des jeux de hasard, si cette mesure vous sied et qu’elle est en phase avec vos convictions politiques sur la base desquelles votre parti a accédé au premier rang des élections, je n’ai pas d’objection. Sauf que je vous demande de payer cette mesure loin de ma poche !

Je ne souhaite pas financer vos convictions !

Veuillez accepter mes salutations.

Mounir Bensalah.

Deux remarques relatives au sujet :

  1. En parcourant le site de la loterie nationale, appartenant à l’Etat, j’ai trouvé que 20% des ventes de cette société de « jeux de hasard » sont versés, pas hasardeusement, aux caisses de l’Etat.
  2. La constitution prévoit une loi organique qui liste les établissements publics dits « stratégiques », dont les nominations se feront par le Roi. Il parait que la Société Nationale de la Radiodiffusion & Télévision, fait partie, selon votre secrétaire général du parti et non moins chef du gouvernement, de cette liste, selon sa propre proposition, soumise au parlement !
%d blogueurs aiment cette page :