Archives de Tag: amdh

Qui veut la peau de l’OMDH, des défenseurs des droits humains au Maroc ?


Le 1er Octobre dernier, l’OMDH organisait un hommage à 3 défenseurs des droits humains dans la région  : Driss Yazami – Président de la fondation euro-méditerranéenne pour les défenseurs des droits humains,  Kamel Jendoubi, – Président du réseau euro-méditerranéen des droits humains et Johannes van der Klaauw représentant du HCR à Rabat, ayant tous contribué à la solidarité, morale et matérielle, entre défenseurs des droits humains dans la région. Ce grand évènement  d’hommage devrait se dérouler en présence notamment de Souhair Benlahcen, Présidente de la FIDH, de Mokhtar Etterifi, Président de la ligue tunisienne des droits humains, Mustapha Bouchachi, Président de la ligue algérienne pour la défense des droits humains, de Bahi Dine Hassane, Directeur du Centre le Caire des études des droits humains, de Raji Sourani, Président du Centre palestinien pour les droits humains, et de plusieurs défenseurs des droits humains. Les préparatifs et les démarches administratives ont commencé au moins un moins à l’avance, mais les autorités marocaines ont souhaité gâcher cet évènement en interdisant Kamel Jendoubi de rentrer sur le territoire marocain, sans motif !

Kamel Jendoubi était au Maroc en tant que président du réseau Euro-med des ONG des droits humains en Juillet dernier. Il a été aussi au Maroc pour les négociations du statut avancé Maroc-UE. En grand ami du Maroc, qu’il considérait comme son vrai second pays ( notons qu’il est tunisien naturalisé français ) son refoulement nuit gravement à l’image du Maroc, pays qui s’essaie de tourner la page du passé. Il semblerait que les autorités marocaines ont agi ainsi sous pression du pouvoir tunisien, auquel Jendoubi est un grand opposant, expulsé depuis 2000 et privé de son passeport. Les autorités françaises se sont tues également dans cette affaire. Ainsi une quarantaine d’ONG ont-elles signé en commun un communiqué dénonçant cette interdiction. La présidente de l’OMDH a ainsi acté qu’au 1er Octobre de chaque année, il sera célébré la journée nationale des défenseurs des droits humains en commémoration de ce triste jour où est attaqué tout défenseur DDH dans la région. 

Lire la Suite →

Publicités

Les militants des droits humains s’unissent contre la disparition forcée


Ce 30 Août est un grand jour pour le mouvement des militants des droits humains au Maroc. Ainsi l’OMDH a-t-elle organisé, via sa section de Casablanca, une soirée artistique pour lancer sa « campagne nationale pour la ratification de la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre la disparition forcée ». La soirée a été entamée par un mot de la section de l’OMDH rappelant que l’organisation « avait participé en 2008 à «la campagne internationale pour inciter les gouvernements à ratifier la convention, de part son affiliation au collectif international d’ONG oeuvrant dans ce sens ». L’OMDH a reçu la réponse du premier ministre du Maroc que la dite convention s’inscrit dans les préoccupations du gouvernement et qu’elle est dans la procédure de ratification ». Le mot d’ouverture a rappelé que la décision de l’organisation de lancer cette campagne nationale, à l’occasion de la journée internationale du disparu, vient en action de « sa stratégie nationale de lutte contre l’impunité, de la recommandation de son 7ème congrès de l’urgence de la ratification de la convention et des recommandations de l’IER concernant la consolidation constitutionnelle des droits humains ». Pour rappel, le 6 Février 2007, 57 Etats ont signé, mais non ratifié, cette convention dont le Maroc : France, Albanie, Algérie, Argentine, Autriche, Brésil, Burkina Faso, Burundi, Congo, Croatie, Ghana, Guatemala, Haïti, Japon, Lituanie, Maldives, Moldavie, Maroc, Ouganda, Sénégal, Serbie, Sierra Leone, Macédoine, Tchad, Tunisie, Vamatu, Belgique, Bolivie, Bosnie Herzégovine, Cameroun, Cap Vert, Chili, Comores, Costa Rica, Cuba, Chypre, Finlande, Grenada, Honduras, Inde, Kenya, Liban, Luxembourg, Madagascar, Malte, Mexique, Monaco, Mongolie, Monténégro, Niger, Paraguay, Portugal, Somova, Suède, Uruguay, Mali, Azerbaïdjan.

Une production théâtrale a embellie la soirée au théâtre Hassan Sqalli à Casablanca à laquelle ont assisté quelques 160 personnes représentant des ONG de droits humains. « Lui… ! » est une pièce de théâtre mise en scène par le dramaturge Ahmed Jaouad suite à une adaptation du texte de Driss El Mesnaoui. La pièce raconte l’histoire d’un détenu qui décide d’écrire pour sauvegarder la mémoire, et se fait le procès par … le stylo et la feuille ! En marge de la soirée, un hommage a été rendu aux familles des disparus et une allocution a été prononcée par Hassan Ouazzane, du FMJV, en leur nom.

 

En début de soirée, et au siège du Forum Marocain Vérité et Justice FMVJ, Amina Bouayach, présidente de l’OMDH a appelé « toutes les ONG des droits et tous les acteurs dans le domaine, y compris les partis politiques, a constituer un collectif pour inciter le gouvernement marocain à ratifier la convention internationale et constitutionaliser la criminalisation de la disparition forcée, la torture et tous les traitements inhumains, en rejoignant son appel à la campagne nationale ». « Aucun prétexte, ni aucune circonstance ne peut justifier la disparition forcée » Ajoute Bouayach. Benabdeslam, vice président de l’Association Marocaine des Droits Humains AMDH a rappelé « les recommandations fortes de l’IER qui appellent à la consolidation des droits humains, notamment dans la lutte contre la disparition forcée ». « Les attentats, condamnés et condamnables, du 16 Mai 2003 nous ont fait un amer rappel, nous victimes et familles des victimes des années de plomb. Nous devons œuvrer d’une manière collective entre toutes les ONG pour consolider les droits humains dans notre pays et préparer le prochain symposium national des droits humains, afin de donner un second souffle à notre mouvement. Concernant le sujet des disparition forcée, nous souhaitons que Mme Bouayach prenne l’initiative et propose une rencontre sur le sujet ». Les participants à cette rencontre de FMVJ ont par la suite rejoint en bloc la soirée théâtrale organisée par l’OMDH.

Premier Sommet UE-Maroc: Le statut avancé doit se traduire par une relance des réformes démocratiques au Maroc


Réaction et commentaires du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) suite à la Déclaration conjointe publiée lors du premier Sommet UE-Maroc qui s’est tenu les 6 et 7 Mars 2010 à Grenade.


Le REMDH note avec satisfaction que la  déclaration conjointe réaffirme les droits de l’Homme comme étant « l’un des piliers fondamentaux du partenariat UE-Maroc ». Il salue l’accent mis sur la nécessité de mettre en œuvre toutes les recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) ainsi que de poursuivre les réformes en matière de justice, de liberté d’expression, de presse et d’association.

Lire la Suite →

%d blogueurs aiment cette page :