Archives de Tag: censure

Que l’Etat respecte au moins les lois qu’il a lui même faites !


Inscris, je suis solidaire de d’Akhbar Alyawm quant à sa censure

On peut toujours polémiquer sur le journalisme et sa crise. Les épisodes de la presse durant les trois derniers mois se suivent et se ressemblent. Une fois un sondage, une autres la santé du Roi, une troisième parce qu’un hôpital inauguré par le Roi devient aussi sacré, et le mariage du cousin du Roi. On peut toujours se demander si les journalistes n’aillent pas trop loin, jusqu’à enfreindre la déontologie et les droits individuels. On peut se demander toutes les raisons du monde qui font que la presse se sentent dans un malaise. On ne peut nier que l’on vit une vraie crise, entre l’Etat, garant des droits, et la presse, 4ème pouvoir, facilitateur et axe principal de l’Etat de droit !

Que l’Etat interdise l’accès au siège d’un journal, que la saisie se produise sur les numéros qui suivent le n° en question, que l’intéressé, en l’occurrence le prince Smail, n’a pas saisi la justice, que, … que, … cela veut dire que tout simplement l’Etat fait dans la censure d’amateur, qu’elle blanchi la presse de ses dérives ( que seul la justice peut s’y prononcer ), qu’il met en cause le discours, à haut niveau, sur la réforme de la justice, … qu’il ne respecte pas, à fortiori, les lois, toutes contestables, qu’il a lui même promulgué !

Que l’Etat, pour construire un Etat de droit, commence par respecter la loi !

Vendredi 2 Octobre, sit-in de solidarité à 16h devant le siège du journal.

PS : cela a à voir avec ce qui précède. Personnellement, je n’ai pas qu’à ça à faire. Solidarité, indignation, … Prière à qui de droit de me comprendre pour décaler les cas similaires. J’ai d’autres activités, comme mon travail, une(s) copine(s) à aimer, une famille à visiter, des amis à voir, … alors pitié, faites en sorte à me donner du souffle !

Publicités

OMDH sur l’affaire de la censure nichane – tel quel


لا لحجز وإتلاف عددي « نيشان » و  » تيل كيل « 

صرحت المحكمة الإدارية بالدار البيضاء بتاريخ 5 غشت 2009 برفض الطعن الذي تقدم به السيد رضى بنشمسي مدير نشر مجلتي « نيشان » و » تيل كيل » في شأن  قرار  وزارة الداخلية القاضي بحجز الأسبوعيتين المذكورتين يوم فاتح غشت 2009 بدعوى نشر استطلاع للرأي حول حصيلة عشر سنوات من حكم جلالة الملك محمد السادس..

كما تم منع توزيع يومية لوموند الفرنسية لنشرها نفس الاستطلاع يوم الثلاثاء 4 غشت 2009..

إن المنظمة المغربية لحقوق الإنسان التي تتابع بانشغال وقلق بالغين الموضوع:

  • تعلن تضامنها مع مدير وصحفيي »  نيشان  » و »تيل كيل  » ؛
  • تستنكر إتلاف العددين حتى قبل صدور الحكم  القضائي؛
  • تستغرب حكم المحكمة الإدارية القاضي بتأييد موقف وزارة الداخلية والحال أن موضوع استطلاع الرأي غير منظم بمقتضى القانون؛

وإن المنظمة المغربية لحقوق الإنسان  أمام هذا الوضع إذ :

  • تذكر  بمطلبها الداعي إلى إدراج موضوع حرية التعبير بواسطة الصحافة  في جداول أعمال السياسات  العمومية، باعتباره يكتسب بعدا استعجاليا مؤكدا فضلا عن كون كل الأحداث والتطورات. ذات الصلة تدلل عليه؛
  • تطالب بإلحاح بالتراجع عن قرار الحجز الذي مس الأسبوعيتين مع جبر الأضرار الناجمة عن الإتلاف؛
  • تدعو إلى حوار منظم وطني حول حرية التعبير بواسطة الصحافة بمشاركة مختلف الفعاليات من المجتمع المدني وخبراء الجامعة وحقوق الإنسان ورجال ونساء العدالة؛
  • تطالب السلطة التشريعية بتحمل مسؤوليتها بخصوص إصدار القانون المنظم لاستطلاع الرأي بما يساهم في بناء دولة الحق والقانون.

المكتب الوطني

6 غشت 2009

91%, 9%, censure, … que veut dire tout ceci.


S’il y a un côté positif à cette affaire de censure de Tel Quel, Nichane et Le Monde, c’est bien les enseignements, majeurs et actuels, du sondage réalisés par ces publications. Dans cette réflexion, j’ai essayé un peu d’analyser le marocain, à travers ses réponses au questionnaire tout en me munissant des dernières connaissances dont dispose le Maroc. Je prends comme postulat de base que le sondage n’est pas biaisé, faisant foi au cabinet, mandaté des fois par des départements gouvernementaux du Maroc. 9%, 91%, … que veut dire tous ces pourcentages ? Décortiquons à travers une autre déchirure/clivage de la blogoma, voire de la société à travers les résultats.

1er constat :

Le premier résultat du sondage, et qui a provoqué la déchirure, met en lumière que 91% des marocains estiment que le bilan des 10 années de règne est positif ou très positif. Les 9% restants ( d’ailleurs ils sont tous recherchés J ) estiment le bilan plutôt négatif ( 6% ), ou très négatif ( 2% : ah ceux là, ils sont cuits J ) ou sans opinion ( 1% : hadou ilyah ). Les 91% englobent, selon les statistiques officielles du HCP, des riches, des classes moyennes et des pauvres ! Imaginez, le citoyen lambda, qui ne touche pas le smig, qui habite le bidonville depuis des années, qui n’a pas un travail fixe, qui n’a pas scolarisé ses enfants, … se trouve aussi dans les 91% ! d’un autre côté, je ne peux, d’une manière scientifique, quantifier les composantes des 9%, mais j’estime, comme d’autres d’ailleurs, que parmi les 9%, il y a des gens qui ont vu leur situation s’améliorer durant les 10 dernières années. Ceci est à mettre en liaison avec le résultat du même sondage qui illustre que 63% estiment que la situation de la pauvreté n’e s’est pas amélioré !

Mon commentaire : 1 – Soit le Maroc est un pays complexe socialement au point qu’aucune analyse connue ne permet de le comprendre, soit le sondage ( théorie du complot ) est foncièrement biaisé. 2 – Arrêtons de réduire, par simplisme primaire, les 9% ou les 91% à des détracteurs et des fanatiques de la monarchie. Ce simplisme a fait perdre au pays de longues années, et nous avons TOUS compris que ceux qui tenait ce discours ( les Oufkir, basri, … ) étaient les premiers à trahir la monarchie. Les 91% et les 9% émettent leurs jugements sur la gestion du pays durant 10 ans, marquée par le règne du Roi Mohamed VI. Ils ont le mérite de procéder ainsi à un exercice nouveau de comptabilité de la gestion de la chose publique. 3 – Le clivage qui se crée autour de cette question marquent la bonne santé du débat politique sociétal du pays, qui malheureusement tarde à se concrétiser sur la scène politique ( partisane, parlementaire, … ). Les 9% ont le mérite d’exister. Et s’ils était juste 0,9%, j’aurais été parmi eux, parce que, même si l’on suppose que leur jugement est « incorrect », ils font que la critique soit le moteur de l’avancement, apprennent l’exercice de la démocratie et évitent au pays la pensée unique. Et dernier point, les 9% ne soutiennent pas ARB contre Niny, ni Nini contre Khalid Naciri, … ils veulent juste avoir le droit à l’information et le droit à exprimer leurs opinions.

2ème constat :

18% des marocains ne savent pas si nous sommes dans un régime démocratique ou pas ! En réponse à la question « Diriez-vous, globalement, que le Maroc aujourd’hui est … », ils étaient 49% à estimer qu’il est une monarchie démocratique, 33% à estimer qu’il est une monarchie autoritaire et 18% sans opinion. Les 33% pensent que la monarchie est autoritaire et doit le rester. Selon Le Monde, ils estiment qu’ « il vaut mieux que le pouvoir soit entre les mains du roi qu’entre celles des élus corrompus » !!!

Mon commentaire : je ne vais pas m’aventurer à produire un jugement de valeur envers le marocain lambda, plus par désir d’aller de l’avant. En excluant les 18% ( qu’il faudra que nos « intellectuels » traitent de manière sérieuse ), les 49% et les 33% légitiment les 9%. Comment ? Je m’explique. Ceux qui croient que nous sommes en démocratie doivent comprendre que nous ne pourront pas être d’accord sur un bilan, en une démocratie, et de ce fait, les 9% existent naturellement ou doivent exister. Quant au 33%, ils seront d’accord, que même dans un système autoritaire, il se peut qu’il y ait des « refuzniks », « minables », abominables ( ga3 ) qui sont à la marge du consensus communément admis. Quant au 18%, ils n’auront certainement aucun avis des 9% !

3ème constat :

Il se trouve que 79% des marocains estiment que la moudawana a donné « trop » ou « assez de droits aux femmes » et que de toute manière, il ne faut pas aller plus loin !

Mon commentaire : Le Maroc est majoritairement conservateur. Ceci explique aussi les 91% !

Globalement, loin des « leçons » des frakaouis du journal « Le Monde », des débats stériles sur les chiffres et pourcentages, des publicités de tel quel ou almassae, si ce sondage Tel Quel – Nichane – Le Monde n’a pas existé, il fallait l’inventer ! il a au moins le mérite d’avoir permis de comprendre comment réfléchit le marocain aux dix années passées, et de facto, à son avenir. Il a aussi servi à provoquer le débat, pas toujours possible en dehors des sphères intellectuelles.

Voilà pourquoi j’estime que le « mouvement » des 9% a réussi!

Bravo à la justice, 9% gagne


Le tribunal annule la décision de saisie de tel quel et Nichane.

Bravo 9%

Sondage interdit en image


Sodage censuré au Maroc!


Maroc: Mohammed VI très populaire, selon un sondage interdit dans son pays

(AFP) – PARIS — Les Marocains portent un jugement très positif sur leur roi, Mohammed VI, bien qu’ils soient réservés voire sceptiques quant à son action contre la pauvreté et pour la promotion des droits des femmes, selon un sondage publié lundi par le quotidien Le Monde.

Le Monde s’est associé à l’hebdomadaire marocain TelQuel et à sa version en arabe Nichane pour mener ce sondage sur le bilan du souverain, dix ans après son accession au trône.

La publication de ce sondage a été à l’origine de la saisie par le ministère marocain de l’Intérieur des deux derniers numéros de TelQuel et Nichane. La monarchie au Maroc “ne peut faire l’objet d’un débat, même par voie de sondage”, avait expliqué samedi à l’AFP le ministre de la Communication Khalid Naciri.

Selon ce sondage, les Marocains sont 91% à juger positif le bilan des dix premières années de règne (40% très positif et 51% plutôt positif), contre 6% qui le considèrent comme plutôt négatif et 2% très négatif. Ils sont également 49% à estimer que le Maroc est une monarchie démocratique, contre 33% qui la jugent autoritaire, tandis que 18% sont sans opinion.

L’enquête a été conduite du 27 juin au 11 juillet par l’institut LMS-CSA, filiale au Maroc de l?institut de sondages français CSA, auprès d’un échantillon représentatif de 1.108 Marocains de plus de 18 ans. Les questions ont été posées en arabe.

Le sondage montre cependant que les Marocains sont très réservés sur l’action du roi dans la lutte contre la pauvreté et sur la réforme du code de la famille. Concernant la pauvreté, ils sont 37% à penser que la situation s’est améliorée dans les dix dernières années, mais également 37% à juger qu’elle n’a pas évolué, tandis que 24% d’entre eux estiment qu’elle s’est aggravée.

L’une des grandes réformes de la dernière décennie, celle du code de la famille qui, depuis 2004, fait des Marocaines les égales des hommes sauf en matière d?héritage, est loin de remporter l’adhésion des personnes interrogées. Elles sont 49% à penser que la réforme donne trop de droits aux femmes, 30% à juger qu’elle en donne suffisamment et ne doit pas évoluer, contre 16% qui jugent qu’il faut aller encore plus loin.

%d blogueurs aiment cette page :