Archives de Tag: liberté

Je me sens lâche #freedomflotilla


Que les victimes de cette attaque barbare de l’armée sioniste reposent en paix. Ils sont clamé la paix et la liberté de leur vie!

Des détails de cette affaires suivie par la blogoma ici, ici et ici. Lire la Suite →

Publicités

MALI, le mouvement de la discorde


L’affaire des dé-jeûneurs de Mohammedia a pris des dimensions démesurées. D’une part la réaction de l’Etat était disproportionnée par rapport à l’événement, d’autre part, les médias ont couvert l’événement d’une manière à en faire un vrai sujet de société.

Nous avons constaté un certains nombre de réactions, notamment de la part d’ONG de droits humains ( OMDH, AMDH, Bayt Alhikma, … ) qui d’une manière générale traite du sujet de la liberté du culte et sur le fondement même du concept de « l’ébranlement de la foi ». Certains acteurs politiques ( PAM, MP, … ) étaient, à l’opposés, dans la défense de la sacro-sainte de ce que l’on qualifie de « unanimité nationale » et « constantes de la nation », concepts par ailleurs farfelus et sans contenu précis eu égard de la loi. Dans la presse, on a pu lire également la réaction d’un groupe de citoyens qui a appelé à l’organisation d’un sit-in contre « les agissements irresponsables » des membres de MALI. Dans certains articles, le nom de la jeunesse de l’USFP ( Chabiba Ittihadia ) est cité dans le même contexte. La presse, que je respecte énormément, et que je considère comme maillon essentiel et facilitateur important dans un Etat de Droit, aurait pu, objectivité oblige, demander la véracité de cette information auprès des instances habilitées.

De toute manière, à mon avis de simple militant, je considère qu’aujourd’hui, que la question est plus grande qu’une simple question d’un mouvement de dé-jeûneurs. Je ne peux cautionner l’appel de MALI à enfreindre une loi afin de la réformer. Ce n’est nullement réformiste. Peut-on l’assumer ? Mais sur un autre plan, je suis favorable à un débat national ( ou plus grand ) sur la liberté du culte, principe fondamental des droits humains. Plus généralement, en hiéarchisant  les priorités, je pense que d’autres sujets sont plus importants. Je me demande sincèrement comment le citoyen marocains s’indigne violemment devant les 10 malheureux dé-jeûneurs, qui finalement ne le touchent absolument pas, et ne réagit pas au prix de la tomate, denrée capitale dans la harira ramadanesque, qui a atteint 25 Dh dans certains étalages des villes marocaines ? Comment l’Etat se mobilise à haut niveau ( le conseiller du Roi se réunit avec les chefs des partis, tel que rapporté par la presse ) pour une action de 10 jeunes armés de sandwichs alors qu’aucune suite n’est donnée à des appels de réformes constitutionnelles lancés par des partis de gauche représentant des dizaines de milliers de militants ? Le débat est biaisé de plus belle.

Le « mouvement » Mali a finalement obtenu plus qu’il n’espérait, une grande médiatisation du dossier de la liberté du culte, qui par ailleurs figurerait certainement dans les rapports des ONG internationales et ceux du département d’Etat américain ou encore européen, mais finiront par comprendre, que dans la pratique des choses, le seul tapage médiatique ne résout pas fondamentalement les choses dans ce pays.

Par ailleurs, sommes-nous en mesure d’affirmer qu’un acteur nouveau ( facebook, twitter, … ) est entré dans la scène au Maroc ? Difficile de confirmer, à mon avis. Si aujourd’hui l’actualité est faite de coups de médiatisation des débats sur facebook, ou autres réseaux sociaux ou tribunes de blogs, aucun débat profond de la société n’a abouti ou même organisé autour de ces initiatives, nombreuses et diverses. Ceci étant, ces initiatives ont certainement le mérite d’avoir brisé plusieurs tabous et permis un échange intense, franc et sans censure entre marocains et dégager les clivages vertueux.

Addenda : La journaliste Zyneb, accusée d’être la meneuse du mouvement, et portée disparue depuis Mercredi dernier, s’est livrée par elle même, en compagnie du responsable local AMDH Abdellah Mesdad, à la police. Elle a été entendue par le procureur avant d’être déférée à la police.

Une pétition circule pour « l’abrogation du décret 222 … & soutenir les militants de MALI, et de réaffirmer notre attachement à la liberté de culte ».

%d blogueurs aiment cette page :