Archives de Tag: palestine

Nurit Peled-Elhanan : « L’État d’Israël qui a été déclaré officiellement comme un État d’Apartheid se distingue par ce qui a toujours été la méthode la plus typique et la plus aboutie du racisme : la classification des êtres humains »


9 Juin 2012
Je dédie mes paroles ce soir à trois grévistes de la faim. Mahmoud Sarsak qui jeûne depuis 83 jours. Un excellent joueur de football de Gaza, il a été arrêté il y a trois ans en raison de la Loi contre les « Combattants illégaux » qui a permis qu’il soit emprisonné à vie, sans procès et sans charges retenues contre lui. Akram Rikhawi , emprisonné depuis 2004 et qui est en grève de la faim depuis le 12 avril en protestation contre son maintien en détention en dépit de son état de santé fragile. Et Samer al-Barq, qui a recommencé sa grève de la faim après l’avoir arrêtée en raison de la signature de l’accord car comme beaucoup de ceux qui ont été relâchés, il a été l’objet d’une nouvelle mesure de détention administrative.
Ces prisonniers sont encore en vie car « quand une fois la liberté a explosé dans une âme d’homme, les dieux ne peuvent plus rien contre cet homme-là » ( Sartre, les Mouches acte 2, 2ème tableau, scène 5). Ni le dieu de la puissance Sioniste Ni l’ange de la mort Israélien. Ces prisonniers et des milliers d’autres comme eux, dont plus de 20 membres du parlement et le Président du parlement de Dr Aziz Dweik, sont détenus sans procès ou aide judiciaire dans des conditions humiliantes depuis des années sans visites et sans espoir. Ils sont les combattants pour la liberté de ce pays, qui nous rappellent encore et encore que nous vivons tous sous occupation et que seule leur libération pourrait restaurer notre propre liberté.
Les citoyens Arabes d’Israël vivent sous occupation depuis 65 ans maintenant et les citoyens Juifs d’Israël vivent en état de siège, siège qu’ils se sont imposés à eux-mêmes. Nous sommes tous assujettis à un régime colonial ce qui veut dire l’appropriation des terres et des ressources en eau, le nettoyage ethnique, la destruction des paysages et la destruction de l’esprit humain. Une langue et une culture dont ils n’ont rien à faire sauf pour exprimer leur statut d’êtres conquis ont été imposées aux Arabes dont la langue et la culture ont été délibérément et institutionnellement effacées des vies des Juifs , et ainsi nous ne pouvons pas enseigner à nos enfants et rappeler à leur enfants « qu’il peut aussi y avoir une histoire d’amour entre un poète arabe et cette terre. » ( Mahmoud Darwich ).
Publicités

Solidarité avec les prisionniers palestiniens en grêve de faim #freepalestine متضامن مع الاسرى الفلسطينين المضربين عن الطعام #تحرير_فلسطين


En accord avec Le Front populaire de libération de la Palestine et l’Association de lutte contre le sionisme et le racisme.

En solidarité avec le peuple de Palestine, la campagne marocaine Boycott-Désinvestissement-Sanctions


Les citoyennes et citoyens, associations, syndicats, et individualités marocain(e)s signataires,

Conscient(e)s de l’impasse à laquelle est arrivée en Palestine la communauté internationale des Etats en traitant par l’impunité la plus totale les violations répétées du Droit par l’Etat raciste d’Israël,

Soucieux(ses) de contribuer à un avenir de justice et de paix, pour toute la région et pour le monde, avenir qui se joue en Palestine aujourd’hui,

Inspiré(e)s par les succès historiques de la communauté citoyenne mondiale dans l’abolition du régime d’Apartheid en Afrique du Sud à laquelle ont largement contribué la campagne de Boycott et de Désinvestissement et l’application de Sanctions internationales,

En solidarité avec le peuple de Palestine, et en réponse à l’appel lancé par la société civile palestinienne, à se joindre à la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions,

En conformité avec le droit humanitaire international,

Rappellant les objectifs de ‘l’initiative BDS’, tels que soulignés dans sa charte, à savoir :

« …obtenir que l’Etat sioniste se soumette à la Loi Internationale en :

– Levant le siège de Gaza ;

– Démantelant les colonies et le Mur de l’Apartheid ;

– Libérant les milliers de détenus politiques qui croupissent dans les geôles de l’occupation ;

– Reconnaissant le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination sur sa terre, en particulier à travers :

– La reconnaissance des droits fondamentaux des Palestiniens citoyens d’Israël à la dignité et à l’égalité ;

– La reconnaissance des droits des réfugiés palestiniens à revenir dans leurs maisons et propriétés (résolution 194 de l’ONU). »

 

Déclarent que,

+ Il est inadmissible que le Maroc continue à importer des produits ’made in Israel’, alimentant ainsi les ressources du budget militaire de l’Etat d’Israël.

+ Il n’est pas logique que Le Maroc, signataire de la 4ème Convention de Genève, accueille des entreprises qui sont parties prenantes dans des crimes de guerre au sens de la dite Convention, entre autres :

  • Caterpillar dont les bulldozers servent à l’armée israélienne à raser les maisons palestiniennes.
  • Siemens qui équipe les colonies, les prisons et les check-points.
  • G4S dont les milices montent la garde autour des colonies en Cisjordanie.
  • Veolia-Environnement qui prend en charge l’assainissement solide et liquide des colonies de Cisjordanie.
  • Alstom et Veolia alors que ces sociétés construisent le tramway qui relie Jérusalem Ouest à Jérusalem Est et aux colonies de Cisjordanie – a fortiori parce que le Maroc préside le Comité AL QODS.

+ Il est inadmissible que l’espace aérien du Maroc soit ouvert aux compagnies de transport  israéliennes.

+ Il est inadmissible de recevoir au Maroc des criminels de guerre au sens du droit humanitaire international.

 

C’est pourquoi les signataires de cet appel,

Appellent les autorités officielles du Maroc à contribuer à mettre l’Etat d’Israël au ban de la société internationale, en coupant toutes relations officielles économiques, politiques, culturelles, sportives… avec un Etat raciste et coupable de crimes contre l’humanité,

  • en interdisant par la loi l’importation de produits des sociétés israéliennes et toutes les activités économiques israéliennes au Maroc (Boycott),
  • en mettant en demeure les compagnies étrangères coupables de crimes de guerre de choisir entre leurs affaires en Israël et leurs affaires au Maroc (Désinvestissement),
  • et en exigeant que des sanctions soient décidées contre l’Etat raciste d’Israël par la Communauté internationale (Sanctions).

Appellent les citoyennes et citoyens et les forces vives de notre pays (et en particulier les chefs d’entreprise, les agriculteurs, les professions libérales, les universitaires, les associations, les médias et les partis politiques…), à nous rejoindre dans cette campagne BDS.

PS : Appel lancé et coordonné par Sion Assidon.

Tous avec Alima Boumediene-Thiery


Demain jeudi 14 octobre à partir de 13 H 30, se déroulera, à la 6ème chambre du Tribunal de Pontoise, le procès d’Alima Boumediene-Thiery et d »Omar Slaouti, accusés de « discrimination contre la nation israélienne » et d' »incitation à la haine raciale », pour avoir participé à une action de boycott des produits israélien dans le magasin Carrefour de Montigny (95). La plainte a été déposée par le colon israélien Sammy Ghozlan (il a la double nationalité française et israélienne et partage sa vie entre la France et une colonie en Cisjordanie.). Celui-ci s’exprime dans des termes racistes sur le site Arouts Sheva des colons de Cisjordanie, et se permet de traiter de « pourriture le rapport de Richard Goldstone, et Barack Obama de « Pharaon qui voudrait asservir le peuple juif », parce qu’il demande le gel de la colonisation.

(Sa prose est également disponible ici).

Président du Bureau national de Vigilance Contre l’Antisémitisme, il se vante d’avoir déposé plus de 80 plaintes contre les militants engagés dans la campagne internationale BDS ( Boycott, Désinvestissement, Sanctions), dont une contre Stéphane Hessel, 92 ans, rescapé de Buchenwald, qui s’est également exprimé publiquement en faveur d’un boycott total de l’Etat d’Israël tant que celui-ci continuerait à violer le droit international et persécuter le peuple palestinien.

C’est sur le fondement de plaintes déposées par cet individu, que la ministre de la justice s’est permis d’ordonner à la magistrature de condamner les femmes et les hommes engagés dans la campagne BDS. Faisant peu de cas de l’indépendance de la justice, elle relaie le soutien inconditionnel apporté par  le gouvernement français à la politique menée par le gouvernement d’extrême-droite israélien, comme l’ont souligné les porte-parole des partis présents à la conférence de presse de lundi dernier, de Mme Catherine Tasca, vice-présidente du sénat (PS) au Parti de Gauche, en passant par les Verts, le PC et le NPA.

A noter que pour demander de telles poursuites (à Pontoise, comme à Bordeaux, Mulouse, Perpignan, Paris et Bobigny), Mme Alliot-Marie et M. Hortefeux se fondent su l’article de la loi du 24 juillet 1881 qui réprime « les discriminations envers des personnes et des groupes de personnes à raison de leur appartenance à une religion, une race, une ethnie, une nation ». Une loi qui a été conçue pour protéger des personnes vulnérables contre des discriminations, et non pour protéger l’Etat d’israël. On peut également remarquer qu’ils ne demandent aucune poursuite contre tous ceux qui appellent au boycott d’autres Etats ou de leurs produits : BHL qui a appelé au boycott de la Chine lors des Jeux Olympiques, Brigitte Bardot et bien d’autres qui appellent au boycott du Canada en raison du traitement des bébé phoques, appels au boycott des enseignes Hallal…..

Me Antoine Comte sera le défenseur des deux inculpés. Des témoins importants sont attendus à la barre.

Un rassemblement massif avec des délégations de province et de l’étranger se tiendra ce jeudi 14 octobre, à partir de midi, devant le tribunal de Pontoise. (Le tribunal, situé dans la Cité Judiciaire, au 3 rue Victor Hugo, est accessible par les transports en commun à partir de la gare de Pontoise : – terminus du RER C1 – par la SNCF, direction Beaumont-Eaubonne via la gare du Nord).

Communiqué envoyé par Olivia Zémor

CAPJPO-EuroPalestine tel : 00 33 6 80 88 71 54

Je me sens lâche #freedomflotilla


Que les victimes de cette attaque barbare de l’armée sioniste reposent en paix. Ils sont clamé la paix et la liberté de leur vie!

Des détails de cette affaires suivie par la blogoma ici, ici et ici. Lire la Suite →

Jerusalem n’est pas une ville juive!


Contre toute légalité internationale, Natanyahu, en visite aux Etats Unis, avait déclaré, sans avoir froid aux yeux, à l’assemblée annuelle de l’AIPAC, principal Lobby israélien ( tout puissant par ailleurs ) aux Etats Unis, que « Le peuple juif a construit Jérusalem il y a 3.000 ans et le peuple juif construit Jérusalem aujourd’hui. Jérusalem n’est pas une colonie. C’est notre capitale ».  Non seulement il brave la légalité internationale, les résolutions de l’ONU considèrent Jérusalem Est comme territoire occupé, mais il bafoue aussi toutes les études histographiques qui confirment au moins que la ville a existé avant les juifs, sous empire cananéen, et peuplée par ce que l’on conviendra d’appeler par la suite de palestiniens. En outre, et heureusement le ridicule ne tue pas, comment se faire valoir dans un conflit de légalité internationale l’argument d’héritage racial d’une terre, et aux Etats Unis mêmes? Le même argument devrait alors pousser les indigènes des Amériques à chasser les populations venues d’Afrique et d’Europe!

L’ONU, avait en 1967 déjà, à travers son conseil de sécurité, déclaré ceci :

« La guerre de juin 1967 a radicalement modifié cette situation. A la suite de la guerre, Israël a occupé Jérusalem-Est et la Cisjordanie. Depuis lors, un certain nombre de changements démographiques et physiques ont été introduits, et aussi bien l’Assemblée générale que le Conseil de sécurité ont adopté plusieurs résolutions déclarant nulles et non avenues les mesures prises par Israël pour  modifier le statut de Jérusalem. La résolution 252 (1968) du Conseil de sécurité est particulièrement explicite à cet égard. Aux termes de cette résolution :

  • le Conseil considérait « que toutes les mesures et dispositions législatives et administratives prises par Israël, y compris l’expropriation de terres et de biens immobiliers, qui tendent à modifier le statut juridique de Jérusalem sont non valides et ne peuvent modifier ce statut ».
  • Il était demandé d’urgence à Israël « de rapporter toutes les mesures de cette nature déjà prises et de s’abstenir immédiatement de toutes nouvelles actions qui tendent à modifier le statut de Jérusalem ». »

Heureusement que certains nous laissent croire que la religion, quelle qu’elle soit, a pour finalité la paix pour tous les humains, surtout en ce qui concerne cette ville qui a une place importante pour les 3 grandes religions monothéistes.

Fatah, un congrès, une plate-forme politique mi-paix, mi-raisin.


Le mouvement palestinien Fatah tient son congrès après plus 20 ans dans des conditions internes et externes d’extrême sensibilité, et après de « grands » évènements dans la région. Entre un conflit inter-palestinien avec le Hamas, autre grand mouvement palestinien, islamiste contrôlant la bande de Gazza, et l’occupation, arrogante vis-à-vis de l’opinion publique internationale, israélienne. Le Fatah a un double, voire multiple, défi à prendre : renouveler ses instantes dirigeantes ( comité central, qui à mon avis ne changera pas beaucoup et le conseil révolutionnaire, qui connaîtrait certainement beaucoup d’intrants ), et renouveler sa littérature, voire sa ligne politique. Abbas, a déjà été réélu président du mouvement.

Beaucoup de jeunes palestiniens, de vocation de gauche, s’identifient en Fatah … celui d’antan. Les militants fathaouis de Gaza ont été empêchés d’assister au congrès par le Hamas. Ils suivent, participent, élisent et se font élire à distance par téléphone/internet. Les militants du Fatah du sud du Liban ont envoyé, quant à eux, une lettre incitant les congressistes à mettre LA TERRE au delà de toute considération. Tous se rappellent Arafat, père fondateur du mouvement, et qui a suscité, malgré son décès, une grande polémique à travers un supposé enregistrement, exhibé par Kaddoumi, leader également du mouvement, montrant l’implication de Dahlane ( ancien « empereur » du Fatah à Gaza ) et Abbas dans les circonstances de son décès, avec la complicité israélienne. Beaucoup de manœuvres politiciennes, trop de non dits, énormément de discours, beaucoup de personnification, … et une jeunesse qui attend la délivrance.

La plate forme politique adoptée au congrès réserve le droit du peuple palestinien à la résistance, mais préviligie le dialogue préconisé par le Président Abbas. « tout en confirmant dans notre choix l’option de la paix (la paix des braves d’après les propos du dirigeant martyr Yasser Arafat), nous gardons le droit de résistance légitime approuvée par le droit international » a déclaré Abbas ( tel que rapporté par A. Khairat, membre du bureau politique et représentant de l’USFP dans ce congrès, qui finalement n’est pas différent des nôtres ). ce qui a valu au Fatah d’être qualifié de « radical », de part ce texte politique, par les milieux israéliens. Pire, un ministre israélien estime que la plate forme du Fatah est « une déclaration de guerre ». Point de concessions également sur le droit de retour, ce qui rend le Fatah « radical » aux yeux des occidentaux cette fois-ci.

Je l’ai toujours répété, je ne soutiens pas le Fatah ( pour qui j’ai beaucoup d’affection, avec qui je partage mon référentiel, et dans lequel je compte plusieurs amis ), encore moins le Hamas ( je ne dirais simplement que je ne partage rien avec, sauf le droit du peuple palestinien à la résistance ). Je soutiens le petit enfant palestinien qui, sur le chemin de l’école, est bombardé, harcelé ou rendu orphelin par l’armée de l’occupation israélienne. Je suis solidaire de la cause, de la terre et de la paix.

Un petit clin d’œil à Marouane Barghouti, un militant que je respecte énormément.

%d blogueurs aiment cette page :