Archives de Tag: torture

L’expertise médicale confirme la cause du décès de Fodail Abrkane


Il n’y a pas longtemps, nous parlions de la disparition forcée, de la torture, … en croyant sincèrement que ces pratiques sont révolues. Malgré tout, nous demandions une consolidation constitutionnelle et la ratification des conventions internationales afin de prévenir le retour, quoique accidentel, de telles pratiques. 

Le 18 Septembre, un jeune marocain, Fodail Abrkane, est décédé suite à la torture qu’il a subit au commissariat de police. Des explications sur son cas et les circonstances de son décès sont disponible ici, ici et en plus détaillé. Aujourd’hui, les conclusions de l’autopsie ordonnée par le parquet a confirmé la version de la famille, à savoir décès suite à coup mortel. Quelque soient les circonstances de son conflit avec la police, SA TORTURE ET SA MORT SONT CONDAMNABLES !! C’est pour cette conclusion que ses anciens et nouveaux camarades de la jeunesse de l’USFP ont manifesté Vendredi. Ce même parti, ni son organe de presse arabophone, ne sont exprimés sur ce sujet alors que sa jeunesse et organe de presse francophone bouillonnent pour le sujet.

De toute manière, nous devons pousser pour qu’une enquête soit ouverte sur le sujet, que les responsables soient jugés et que l’Etat, en cas de confirmation dans un procès équitable de ce cas de torture mortelle, exprime publiquement ses excuses et se prononce sur comment prévenir de tels agissements ignobles. « La vie humaine est chère » dit l’adage marocain.

Publicités

Torture : Droits de l’homme des réfugiés de Tindouf bafoués


Alors que les « polisariens » et les algériens s’essayent de montrer le Maroc comme étant un pays où les droits humains ne sont qu’un mythe, surtout dans les provinces marocaines du sud, l’opinion publique internationale reste muette quant aux atteintes graves aux droits humains dans les camps de tindouf, sur le sol algérien. « Admirez » la barbouzerie des gendarmes algériens contre des négociants des camps dans cette vidéo :

En plus des réseaux et trafics de tous genres, l’Algérie s’essaie désormais à construire un mur à la prison où elle incarcère les réfugiés marocains. Ayant participé à un séminaire ce week end sur le sujet des réfugiés au Maroc ( au nombre de 773 ), produisant des recommandations pour amender la législation marocaine, obsolète mais la seule dans la région arabe, je ne peux qu’avoir une pensée à mes compatriotes ( nombre estimé à 50.000 marocains sahraouis ) n’ayant guère le choix de la libre circulation.

Quid des diverses lettres, restées sans réponses. Vous pouvez lire davantage iciici, et .

%d blogueurs aiment cette page :