Archives Mensuelles: octobre 2009

Mehdi : « nous nous sommes attachés à construire l’Etat »!


« Bien entendu, nous nous sommes attachés à construire l’Etat, à mettre en place les institutions gouvernementales, à liquider les formes politiques de domination étrangère. Nous nous sommes engagés, dans une seconde phase à lutter contre toute domination économique et l’année 1959 a été une année fondamentale qui a permis au peuple marocain et à l’Etat marocain de disposer des instruments qui permettaient d’engager ces nouvelles batailles. Mais le pouvoir restait encore partagé entre des forces populaires, les forces qui ont mené la lutte pour l’indépendance nationale, et les forces conservatrices qui ramenaient plutôt le Maroc aux conditions de 1912, c’est-à-dire à un régime semi féodal et qui pourrait très bien s’accommoder du maintien des intérêts étrangers dans la mesure où ces intérêts étrangers protégeraient les tenants des privilèges contre la vague populaire. »

Mehdi Ben Barka, « Conditions de la réforme agraire », Janvier 1962.

« Voilà quelles sont actuellement nos préoccupations en matière d’éducation. D’abord, à long terme, c’est l’Université, c’est la réforme de l’école ; et à court terme, c’est cette lutte contre l’analphabétisme, … C’est pour cela que nous avons pensé que les vacances pouvaient nous donner l’occasion de créer une immense école de l’éducation de base ».

Mehdi Ben Barka, Conférence donnée au séminaire des bénédictins à Tioumliline ( Azrou ) devant Fquih Mohammed Belarbi Alaoui, maître Abdelkrim Benjelloun, ministre de la justice, …, Août 1957.

Mehdi Ben Barka a été enlevé le 29 Octobre 1965 à Paris. La vérité sur son sort n’a jamais été élucidé

Publicités

TAMEK : quand tu choisis l’option militaire, tu n’es plus dans les droits humains


J’ai reçu une foule de mails, d’informations, d’appels, … concernant l’affaire des 7 détenus issus de la région du Sahara Marocain, après leur visite en Algérie, passant par les camps de Tindouf. Il s’agit de Tamek et 6 autres personnes. Lettres du genre :

مضت08 أيام عن اختطاف و اعتقال مجموعة متكونة من 07 مدافعين صحراويين عن حقوق الإنسان من طرف الأجهزة الاستخباراتية المغربية، التي عمدت وبعد04 أيام، وتحديدا على الساعة الخامسة مساء من يومه الاثنين 12 أكتوبر/ تشرين الأول2009 بالاتصال بعائلاتهم عبر الهاتف من أجل إخبارهم على أن أبنائهم يتواجدون رهن الاعتقال في إطار الحراسة النظرية لديها في انتظار مثولهم بتاريخ14 أكتوبر / تشرين الأول2009 أمام النيابة العامة بمحكمة الاستئناف بالدار البيضاء / المغرب، لكن شيئا من هذا لم يقع بعد تمديد فترة الحراسة النظرية لمدة 96 ساعة إضافية أخرى، وهو ما يجعل عائلات المدافعين الصحراويين عن حقوق الإنسان  » علي سالم التامك  » و  » إبراهيم دحان  » و  » الدكجة لشكر  » و  » أحمد الناصري  » و  » يحظيه التروزي  » و  » صالح لبيهي  » و  » رشيد الصغير  » تتخوف من المصير النهائي للمعتقلين أمام الحملة المغرضة التي تطالهم من قبل الدولة المغربية، كما تظل متخوفة أكثر من تعرض أبنائها للتعذيب وسوء المعاملة طيلة فترة احتجازهم بمخافر الشرطة المغربية العلني منها والسري، خصوصا بعد أن تواتر مجموعة من الأخبار عبر الصحافة المغربية تفيد أن المخابرات العسكرية تظل هي المسؤولة عن التحقيق معهم على خلفية زيارتهم الأخيرة لمخيمات اللاجئين الصحراويين.

Hormis le fait que ma position sur la question du Sahara Marocain est intelligible, je peux comprendre qu’il y aient d’autres opinions, même extrémistes à mon sens. Mon devoir, de principe, de défenseur des droits humains me met devant la responsabilité de défendre même mes ennemies, pour qu’ils ait le droit de dire ce que je n’accepte pas. On pourrai polémiquer sur comment ils détournent des principes universels, tels que « l’autodétermination », « le droit des peuples à disposer d’eux mêmes », … Tout ceci, quand cela est un débat d’idée!

Or, si tu vas chez l’ennemi, tu projettes de me bombarder, … tu n’es plus dans le débat d’idées, mais dans le conflit politico-militaire :

Je ne peux entendre vos discours, quels qu’ils soient, du moment où la trahison, la guerre, … se lancent. Vous travaillez au Maroc, vous avez des passeports marocains, touchez des indemnités de l’Etat du Maroc, avez beaucoup d’avantages ( transport, réduction pour ravitaillement, … ) que vous consommez au Maroc, … et vous avez choisi l’autre camps :

Vous n’êts pas de ce fait un défenseur de droits humains, vous êtes dans un conflit politico-militaire. Et sur ce registre, mon camps est naturellement contre le votre! Que vous continuez à semer le mensonge autour de vous, nous serons là, pour vous démasquer! En parallèle, et vous laissant jouer avec vos jouets militaires, gracieusement prodigués par les voisins, nous nous battons pour un vrai Etat démocratique de Lagouira à Tanger. Vos semblables nous font ralentir.

Sarkozy ( El-fassi ), adopte moi!!!!!


Ce matin, à l’occasion du Conseil des ministres, des militants du Mouvement des Jeunes Socialistes ont pu déposer après deux heures d’attente leur demande d’adoption à Nicolas Sarkozy auprès de l’Elysée. Sommes-nous tous des enfants de Sarkozy ? Alors que Nicolas Sarkozy après plus de deux ans de mandat et sept ans de politique de droite n’a toujours pas mis en œuvre une véritable politique concernant l’emploi des jeunes, il semble que seul le fait d’être un membre de sa famille permet d’obtenir un emploi. Le Mouvement des Jeunes Socialistes invite tous les jeunes de France qui cherchent un emploi, une première expérience professionnelle à demander à être adopté par le Président de la République. Un formulaire d’adoption type est téléchargeable sur le site Internet du MJS et peut-être envoyé gratuitement par voie postale à l’Elysée. Par ce geste symbolique, nous voulons rappeler à Nicolas Sarkozy qu’il est de son devoir de s’occuper du sort de tous les jeunes et non pas uniquement de sa propre famille. Le Mouvement des Jeunes Socialistes invite le Président de Sarkozy à s’inspirer pour sa politique concernant l’emploi des jeunes des propositions du MJS qu’Antoine Détourné présentera une nouvelle fois le samedi 17 octobre à 14H00 à la Bellevilloise à l’occasion de la journée de travail pour l’emploi du Parti Socialiste. —– Le formulaire à télécharger, remplir et envoyer sans affranchir à l’Elysée .

Allez, ne déprimez pas, regardez comment sont traités les garçons :

Est-il encore possible de faire de la POLITIQUE dans ce pays ?


« J’estime que le RNI et l’Istiqlal se rejoignent sur beaucoup de ces principes. Pour ce qui est des raisons, elles sont simples : quand le PAM a rejoint l’opposition, le gouvernement n’avait plus la majorité d’où le remaniement technique et l’entrée du MP au gouvernement. Et comme il y avait des équilibres à préserver, le portefeuille de la Jeunesse et des sports devait revenir au RNI. Et vu que ce parti présente une plateforme politique en ligne avec mes convictions, et de concert avec le RNI, nous avons décidé de faire une transhumance qui est mineure parce que je n’avais aucun rôle dans les instances du PI. Surtout que cela ne va pas à l’encontre des intérêts de l’Etat … J’ai rencontré Mustapha Mansouri avant ma nomination, nous avons longuement discuté du RNI et nous avons trouvé un accord pour mon arrivée au sein du parti. ».

Moncef Belkhayat, ministre de la jeunesse et des sports.

Dommage, j’aurai souhaité avoir un petit tableau

de la craie, et vous comme élève

pour vous apprendre les ABC de l’appartenance partisane !

Que l’Etat respecte au moins les lois qu’il a lui même faites !


Inscris, je suis solidaire de d’Akhbar Alyawm quant à sa censure

On peut toujours polémiquer sur le journalisme et sa crise. Les épisodes de la presse durant les trois derniers mois se suivent et se ressemblent. Une fois un sondage, une autres la santé du Roi, une troisième parce qu’un hôpital inauguré par le Roi devient aussi sacré, et le mariage du cousin du Roi. On peut toujours se demander si les journalistes n’aillent pas trop loin, jusqu’à enfreindre la déontologie et les droits individuels. On peut se demander toutes les raisons du monde qui font que la presse se sentent dans un malaise. On ne peut nier que l’on vit une vraie crise, entre l’Etat, garant des droits, et la presse, 4ème pouvoir, facilitateur et axe principal de l’Etat de droit !

Que l’Etat interdise l’accès au siège d’un journal, que la saisie se produise sur les numéros qui suivent le n° en question, que l’intéressé, en l’occurrence le prince Smail, n’a pas saisi la justice, que, … que, … cela veut dire que tout simplement l’Etat fait dans la censure d’amateur, qu’elle blanchi la presse de ses dérives ( que seul la justice peut s’y prononcer ), qu’il met en cause le discours, à haut niveau, sur la réforme de la justice, … qu’il ne respecte pas, à fortiori, les lois, toutes contestables, qu’il a lui même promulgué !

Que l’Etat, pour construire un Etat de droit, commence par respecter la loi !

Vendredi 2 Octobre, sit-in de solidarité à 16h devant le siège du journal.

PS : cela a à voir avec ce qui précède. Personnellement, je n’ai pas qu’à ça à faire. Solidarité, indignation, … Prière à qui de droit de me comprendre pour décaler les cas similaires. J’ai d’autres activités, comme mon travail, une(s) copine(s) à aimer, une famille à visiter, des amis à voir, … alors pitié, faites en sorte à me donner du souffle !

%d blogueurs aiment cette page :